Arthur en rando(s) - Lyon Montpellier



  • MAJ des dernières randos :

    [url=http://www.pignonfixe.com/showthread.php?tid=109597&pid=2050290#pid2050290]La ruée vers l'est[/url]

    [url=http://www.pignonfixe.com/showthread.php?tid=109597&pid=2005560#pid2005560]Paris -> Guillestre[/url]

    [url=http://www.pignonfixe.com/showthread.php?tid=109597&pid=1972834#pid1972834]Paris -> Mont-Saint-Michel[/url]

    [url=http://www.pignonfixe.com/showthread.php?tid=109597&pid=2112919#pid2112919]Lyon -> Montpellier[/url]


    A mon tour de créer mon topic.
    Ce sera plus "tes histoires à vélo" que "tes vélos, leurs histoire". Le but c'est donc de présenter des comptes rendus de rando ou sorties, des fois que ça en intéresse certains, et surtout pour arrêter de polluer le topic "Voyage a vélo, rando longue distance" avec des gros pavés. Mais peut être qu'on traitera un peu de matos ici dans le futur, qui sait.

    Pour ouvrir le bal, je vous raconte mes dernières vacances à vélo.[hr]
    [img]https://lh4.googleusercontent.com/-Te-ypzfl8Dc/U_Z7FQn7tuI/AAAAAAAACJg/u0AJEvuLDSw/w923-h518-no/hd-01.jpg[/img]

    Voilà le compte rendu de mes vacances en vélo en direction de la Bretagne, ou j’avais prévu deux principaux arrêts : Avec des amis dans une maison à Plestin-les-Grèves (Côtes-d'Armor) et chez un pote à Brest. Le premier arrêt devait être atteint en duo avec un ami, Jonathan, pas cycliste à la base mais quand même un peu sportif, en 4 ou 5 jours en partant de Chartres plutôt que Paris histoire de gagner une centaine de kilomètre. J’en ai profité pour découvrir un peu la Bretagne que je ne connaissais que très peu jusqu’ici.

    [b]ETAPE 1 --- 3 août --- Chartres -> Mamers[/b]

    C'est parti. On prend le train à 9h à Paris. À 10h on est à Chartres et on commence à pédaler…encore un peu embrumés de la soirée de la veille et de la courte nuit. Le paysage n’est pas top car on est encore dans la Beauce. Au bout d’une heure, Jonathan est déjà un peu rincé. Pas assez de sommeil et pas l’habitude de rouler. On repart en ralentissant un peu le rythme et ça va tout de suite mieux. Après la Beauce on rentre dans le Perche : il n’y a pas de gros relief, mais ce n’est jamais plat, et il y a pas mal de cote bien raide, surtout pour Jonathan dont les développements de son vélo ne vont pas au-delà de 42x23 et l’obligent à monter les côtes en force en danseuse…

    On est parti un dimanche, et en rando je n’aime pas les dimanches et jours fériés car tout est fermé. On avait pris un pique-nique pour le midi mais rien pour le soir. A la pause dèj à Nogent-le-Rotrou on ne trouve rien pour acheter pour le soir et on commence à flipper un peu… Vers 16h, pause à Mamers, on trouve un camping à la sortie du village, donc on ne pousse pas plus loin et on reviendra manger une pizza dans le village ! On a de quoi dormir, manger, on a pas mal roulé, c’est une bonne journée, même si un peu éprouvante pour Jonathan !

    Nous avons roulés 107km à 21km/h

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/SJmLXdhtHt0e8YUKaBgBzlmbmwFotv0x3nrb3srmmOU=w691-h518-no[/img]

    [img]https://lh6.googleusercontent.com/-alB777zp5AE/U_ZhqRqpD6I/AAAAAAAAB6w/5-5PjSUaGv8/w691-h518-no/DSCF3295.jpg[/img]

    [b]ETAPE 2 --- 4 août --- Mamers -> Pontmain[/b]

    Aujourd’hui encore ce n’est jamais vraiment plat. Sur la carte on voit qu’on va devoir traverser les Alpes Mancelles…ce n’est jamais de bon augure ce genre d’indication… Finalement ça grimpe mais pas pire que le Perche ! Vers 13h en traversant un village, on aperçoit une magnifique pelouse derrière l’église d’un village...c’est une invitation à s’arrêter là pour déjeuner, et surtout à enquiller sur une sieste au soleil ! C’est aussi ça les plaisirs de la rando en vélo…piquer une sieste avec les jambes encore cotonneuses de l’effort !

    Pour la suite on sort LA botte secrète, l’arme anti-fringale : Le tube de lait concentré sucré. Bon, ok c’est aussi une excuse parce que c’est trop bon et régressif de bouffer ça directement au tube mais ça apporte quand même son lot d’énergie. Ça nous pousse bien, on dépasse Mayenne et on se dégote un tout petit camping à Pontmain, juste avant la frontière avec la Bretagne.

    Nous avons roulés 135km à 21,3km/h

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-7Bjlw23sKJA/U_Zhrz_cJ2I/AAAAAAAAB64/OoNCLPYF6EU/w691-h518-no/DSCF3299.jpg[/img]

    [b]ETAPE 3 --- 5 et 6 août --- Pontmain -> Plestin-les-Grèves[/b]

    On se lève de bonne heure, décidés à bien rouler aujourd’hui. Une voisine de camping nous propose du café puis on décolle. Jonathan sent que la forme est là…sauf que dès les premiers tours de pédale, son genou droit lui fait affreusement mal. On commence tout doucement en espérant que ça passe quand il sera chaud mais au bout de 10km on se rend à l’évidence, il ne va pas pouvoir continuer. Des développements qui l’ont obligé à trop forcer en montée, un vélo peut-être pas réglé au poil pour lui, des étapes un peu grosses… Tout ça a eu raison de son genou. Grosse déception car il commençait à bien apprécier. Du coup il fait du stop jusqu’à la gare la plus proche afin de prendre le train jusqu’à notre destination. Moi j’ai le temps de crever de l’arrière au milieu de tout ça.

    Vers 11h je repars et je me dis que vu que je suis seul désormais, autant essayer d’arriver le plus vite possible à Plestin. Je roule en faisant peu de pauses…sauf quand je crève à nouveau de l’arrière aux abords du Mont-Saint-Michel. Je me rends compte que mon pneu est complètement rincé, on voit la trame sur de nombreux centimètres à plusieurs endroits, alors qu’il est récent. La dernière sortie du SCARM l’a sans doute usé prématurément. Au moment de regonfler, PSHHHHT à nouveau. La chambre a rendu l’âme au niveau de la valve et je me dis que vraiment, l’âme maudite du SCARM rode sur moi, j’ai l’impression de revivre l’enfer de la route de la haute borne !

    [img]https://lh5.googleusercontent.com/204kCjfZeIrHNnHSDar0y9GJex40JMXhHAxPI7h8T4g=w291-h518-no[/img]

    Je continue mon avancée. Pause déjeuné vers 16h à Lancieux. Je traverse Saint-Brieuc vers 21h. Je dine un peu après avoir dépassé son agglomération. Le soleil se couche. Ça tombe bien ça fait un moment que j’ai envie de tester de rouler de nuit ! Sauf qu’il se met également à pleuvoir, du coup je me tâte. Tant pis, je vais quand même rouler !

    Et bien le vélo de nuit sous la pluie c’est quand même un truc spécial ! Je suis trempé jusqu’à l’os mais je me sens bien, je vois rien d’autre que la route 20 mètre devant éclairée par mon phare, mais j’arrive à pas me perdre. Vers minuit je décide de dormir (de toute manière mon phare n’offre que deux heures d’autonomie), mais pas envie de galérer à trouver un endroit pour planter ma tente, ni de me retrouver dans la boue vu ce qu’il tombe : Je plante ma tente planqué au fond d’un cimetière. L’avantage c’est que c’est facile à trouver (indiqués sur ma carte), et que ça permet d’être bien caché derrière le mur d’enceinte. J’arrive à dormir au sec dans mon sac de couchage.

    Réveil à 6h30. Je replie la tente alors qu’il bruine encore un peu. À 7h je suis barré du cimetière bien avant le passage des premiers visiteurs. Il me reste une cinquantaine de kilomètres, le temps se dégage en même temps que le soleil se lève, ça fait plaisir, et à 9h30 j’arrive à Plestin-les-Grèves, mes potes sont étonnés de me voir déjà arrivé !

    J’ai roulé 253km à 22,4km/h

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/-nKS7CuBiKLQ/U_ZhvoOujYI/AAAAAAAAB7I/AlmWxSjxjbk/w691-h518-no/DSCF3311.jpg[/img]

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/HQOEZMbAeilcL7ZteFIGo0ueWQtMJXU8gCP7uIVYlzU=w389-h518-no [/img] [img]https://lh4.googleusercontent.com/-zOVIesBE4vw/U_Zh3ez5sfI/AAAAAAAAB7g/exq0kUFuRME/w389-h518-no/DSCF3323.jpg [/img]

    [b]Pause de quatre jours entre potes, bouffe, apéro, bouffe, plage, bouffe, feu de cheminés tellement qu’il fait beau, bouffe, etc.[/b]

    [b]ETAPE 4 --- 10 aout --- Plestin-les-Grèves -> Brest[/b]

    Je dois maintenant aller voir un pote à Brest, mais il n’est là qu’à partir du 12 et la distance Plestin – Brest est assez courte. Je décide donc d’aller à Brest, prendre le Bateau qui emmène sur la Presqu'île de Crozon, m’y promener un peu, et revenir à Brest en faisant le tour de la rade.
    Ce jour, je pars donc vers 14h, étape sans intérêt particulier ni incident majeur, si ce n’est que je me tape un vent de face de malade. J’arrive vers 19h45, au camping du Goulet, à l’ouest de Brest. Ambiance village vacances, j’arrive pendant le « pot d’accueil des nouveaux arrivant », tout ce que je déteste, et en plus le camping coute une blinde pour un cycliste seul…16€50 la nuit, glurp, en plus j’arrive trop tard pour profiter de la piscine.

    J’ai roulé 109km à 23,1km/h

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/-4Vge-VolU5M/U_ZihEI4soI/AAAAAAAAB-g/9fDYlg4GGQg/w691-h518-no/DSCF3410.jpg[/img]

    [b]ETAPE 5 --- 11 août --- Brest -> Roscanvel[/b]

    Le bateau pour la Presqu'île de Crozon est à 9h30, il y a 6 ou 7km depuis le camping. Je prends un peu de marge pour pouvoir y aller tranquillement, mais 3km avant l’arrivée, je crève…de l’avant cette fois-ci ! Je répare en vitesse car j’ai peur de louper le bateau. En plus je ne sais pas précisément ou il faut le prendre. Finalement je trouve assez facilement l’embarcadère et j’arrive à l’heure.

    [img]https://lh5.googleusercontent.com/SmgZDc8M9RDB7zxsh3WGLTMMtHHHhrtB75Fl3Xq6kd8=w389-h518-no[/img]

    Sur le bateau dans la rade de Brest, j’assiste à une démonstration de météo bretonne : Pluie d’un côté, beau temps de l’autre. Coup de chance, la pluie reste sur Brest au fur et à mesure que l’on s’éloigne.

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/gzkrbe6gODV9SklHMVfJBwkkHnt7q_LT_F6wsYbQxqM=w691-h518-no[/img]

    Une fois sur place, je visite. Pointe de Dinan, Camaret-sur-Mer, Pointe de Pen-Hir, etc. C’est magnifique. (De mon voyage, la presque ile restera l’endroit que j’ai préféré) Puis je vais retrouver un pote pour le déjeuner, dont la famille a une maison à Roscanvel. Il me propose de rester le soir et de planter ma tente dans le jardin. J’accepte avec plaisir, d’autant plus que le soir ils ont prévu de faire des andouillettes au feu de bois, et devant tant d’argument je ne peux refuser. L’après-midi, je me balade encore un peu sur la presque ile, et surtout, je vais à Crozon ou se trouve un magasin d’article de sport acheter un nouveau pneu car j’ai peur que le mien, complétement usé, ne se déchire au prochain caillou. Je me dis que je le monterai à la prochaine crevaison… et bien il a suffi de cela pour que je ne crève plus jusqu’à la fin de mon périple !

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/7OFzY8Qt3b3yg5mtyJlOMI3GKn0dsoyST1zHxsZHp-k=w691-h518-no[/img]

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-yphFPKZprb0/U_ZjHQbSSPI/AAAAAAAACAo/1nZvP_zctok/w691-h518-no/DSCF3471.jpg[/img]

    De retour à sa maison, alors que je m’apprête à prendre une douche, mon pote me propose de retourner faire un tour de vélo avec son frère. Quoi ? Encore du vélo ? En fait il s’agit juste de faire deux ou trois kilomètres par des petits chemins pour aller prendre l’apéro face à la mer avec le soleil qui se couche en face, le fort des Capucins sur la droite. C’est magnifique, le pied.

    J’ai roulé 85km à 21km/h

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/-xLMOLkm1DE4/U_Zjcms2uNI/AAAAAAAACBw/4oOq17bEt6w/w691-h518-no/DSCF3493.jpg[/img]

    [b]ETAPE 6 --- 12 août --- Roscanvel -> Brest[/b]

    Aujourd’hui je fais le tour de la rade pour retourner à nouveau à Brest. Je me paume un peu en sortant de Crozon, puis finit par trouver ma route. Le paysage est assez varié au fond de la rade, j’aime bien. J’arrive chez mon pote à Brest vers 16h, et on file directement faire du bodyboard dans les vagues !

    J’ai roulé 90km à 22km/h

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/ODHTYN_s79oVaXkYTSqgSHV2VifLkddf-s3CjL1IT2E=w389-h518-no[/img]

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-GkM75aSK5hU/U_ZjhsBTFoI/AAAAAAAACCI/b6HnF3Pv6sc/w389-h518-no/DSCF3512.jpg[/img]

    [b]Pause de deux-trois jours, body board, pèche nocturne, kayak de mer, pèche aux couteaux, etc.[/b]

    [b]ETAPE 7 --- 15 août --- Brest -> Mûr-de-Bretagne[/b]

    Je quitte Brest et j’attaque la Bretagne par l’intérieur, en traversant les Monts d'Arrée. Landerneau, Sizun, Commana, Roc Trévézel, Huelgoat. On m’avait dit que les Monts d’Arrée c’était les montagnes de la Bretagne, que ça montait et descendait bien, alors moi qui suis un mauvais grimpeur, surtout chargé, je m’attendais à en chier. Et bah en fait c’était beaucoup moins dur que ce à quoi je m’attendais, j’ai même moins galéré que d’autres jours. La monté ver le « point culminant » (si on peut appeler ça comme ça avec ses 385m d’altitude), c’est une longue rampe pas raide du tout, qui se monte à 20-25km/h sans problème. Après Huelgoat, j’ai enquillé sur une voie verte repérée sur ma carte, qui est en fait une ancienne voie de chemin de fer. Elle n’est pas bitumée, c’est tantôt du sable tassé, de la terre, du fin gravier voir même un peu de boue, mais au grand étonnement du cyclo randonneur en marathon+ de 35 de large que j’ai doublé, ça passe bien en pneu lisse de700x25 !
    Je m’arrête dans un chouette camping en bordure de lac à Mûr-de-Bretagne, mes voisins sont aussi des cyclos.

    J’ai roulé 149km à 22,5km/h

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/ZTuHkfRjMBLTu3V7jxyuqSWGrOiBi5W_3PESwjxEFkA=w691-h518-no[/img]

    [img]https://lh5.googleusercontent.com/-ZDBily5uUXQ/U_ZkKFr7e0I/AAAAAAAACEo/nkiDrY0W7zo/w389-h518-no/DSCF3565.jpg[/img] [img]https://lh5.googleusercontent.com/--H50soAGHzw/U_ZkRahu_SI/AAAAAAAACFA/oB2eMDctSKk/w389-h518-no/DSCF3575.jpg[/img]

    [b]ETAPE 8 --- 16 août --- Mûr-de-Bretagne -> Île-aux-Moines[/b]

    Aujourd’hui, je pique au sud pour rejoindre le Golfe du Morbihan. À Pontivy je choppe encore une voie verte, qui longe le Blavet. Sauf que cette fois-ci c’est beaucoup moins roulant qu’hier, le chemin est recouvert de gros graviers et c’est bien galère avec mes pneus fins, impossible de prendre de la vitesse. Je la suis quand même sur une trentaine de kilomètre puis ensuite une route sans grand intérêt qui rejoint Vannes. On m’avait dit que pour voir le Golfe du Morbihan, c’était pas mal de se rendre sur l’Île-aux-Moines. J’y vais donc avec le bateau-navette (à peine 5 minutes de traversée), je visite en vélo, et effectivement c’est sympa, je décide d’y passer la nuit en camping sauvage.

    Alors que je viens de trouver LE spot sympa pour camper, je vois qu’il y a un groupe d’une dizaine de personnes qui viennent de débarquer de bateau avec tente et tout le bordel. Je leur demande si eux aussi comptent camper là, et j’ai à peine le temps de dire deux mots que je me retrouve une bière à la main, et ils m’invitent à diner avec eux. Ambiance barbecue, gros beaufs, alcool à foison, on se marre bien, mais je dois me méfier si je veux repartir tôt le lendemain car mon verre à tendance à se remplir plus vite que je ne le vide… J’avais peur qu’ils ne m’empêchent de dormir en faisant du bruit toute la nuit, mais en fait tout le monde va se coucher à peu près en même temps que moi, sur les coups de minuit (c’est qu’il fait froid et sombre).

    J’ai roulé 128km à 21,7km/h

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-ttWpvCFNWuQ/U_ZkfdhaoyI/AAAAAAAACF4/g3Yh1BYQ3ik/w691-h518-no/DSCF3594.jpg[/img]

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-U1ygq2gAaDA/U_Zko9HIyGI/AAAAAAAACGc/jvrPbW-8GT0/w691-h518-no/DSCF3603.jpg[/img]

    [b]ETAPE 9 --- 17 août --- Île-aux-Moines -> Nantes[/b]

    Ce soir je dois être à Nantes car je dors chez mon ancien colloc. Hier soir avant d’aller me coucher j’ai regardé la carte, et il y a plus de kilomètre que je ne le pensais, il ne va pas falloir trainer en route. Je me lève de bonne heure et pour la première fois depuis le début, la tente n’est pas trempée de rosée le matin. Ça tombe bien c’est la dernière fois que je l’utilisais cette année, comme ça je n’aurai pas à la re-déplier pour la faire sécher !

    Je quitte l’ile, traverse Vannes (centre-ville fortifié bien mignon) et je file plein est. Je roule à bonne allure, les jambes répondent présentes. Je récupère le canal de Nantes à Brest et sa piste cyclable à Guenrouet, me disant que ça va me permettre de filer vite sur Nantes. Encore une fois, c’est du chemin avec du gros gravier donc ça n’avance pas, ça me saoule et je la quitte au bout de 10 kilomètre pour repasser par la route.

    J’emprunte la route qui traverse la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. On sent qu’il y a eu des affrontements ici. La route est barrée d’une multitude de barricades en pneus, voiture brulés ou autres déchets, le bitume est détérioré. Ce paysage de désolation m’amuse, jusqu’à ce que je croise deux Zadistes, accompagnés de quatre molosses un peu agressifs à mon encontre. La seule chose qu’ils me diront c’est « ha bah oui les chiens ils ont pas l’habitude des vélos avec un casque. Pourquoi tu portes un casque, il pleut pas des cailloux hein ! ». Il faut croire que pour eux, casque = CRS. Je me dis que les gars qui restent encore ici sont quand même sacrément a côté de la plaque.

    J’arrive à Nantes vers 17h, j’ai bien roulé aujourd’hui. Je visite le centre-ville qui est vachement sympa et le soir je dine avec deux potes au resto.

    J’ai roulé 156km à 25,8km/h

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/zlxdunDkepbHd95R9mHBKngUISd9sX0EawAfT5i_80Q=w691-h518-no[/img]

    [img]https://lh6.googleusercontent.com/-1ai1W0m6h0g/U_Zkuh0KnLI/AAAAAAAACG4/eS10S2eLkxk/w389-h518-no/DSCF3615.jpg[/img]

    [img]https://lh5.googleusercontent.com/-6AG6q4AgHz0/U_ZkyVyMaCI/AAAAAAAACHI/-_OkXdES-f0/w691-h518-no/DSCF3617.jpg[/img]

    [b]ETAPE 10 --- 18 août --- Nantes -> Angers[/b]

    Je continue en direction d’Angers. Aujourd’hui j’emprunte les bords de Loire à Vélo tout du long. C’est sympa d’être isolé des voitures, l’environnement est joli, mais le fléchage est parfois un peu pénible. Parfois il fait faire des gros détours par les villages : Après un détour, je redouble un cycliste en vtc que j’avais doublé 15 minutes plus tôt, alors que je roule bien plus rapidement que lui, par exemple. J’arrive à Angers, et pour ma dernière nuit, je passe la soirée et dors chez de la famille.

    J’ai roulé 101km à 24,1km/h

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/-T0A5dEYS8cQ/U_ZlBCEMGAI/AAAAAAAACII/0tb-cSFiD-U/w691-h518-no/DSCF3635.jpg[/img]

    [b]ETAPE 11 --- 19 août --- Angers -> Tours[/b]

    Dernier jour. Le voyage touche à sa fin. J’aurai bien pris un train à Angers, mais pour Paris il n’y a que des TGV et ce n’est pas pratique avec un vélo. J’ai repéré un intecité au départ de Tours à 17h20, je vais essayer de l’avoir. Je commence la journée en longeant la Loire puis je m’en écarte vite pour passer par les terres. La motivation d’avoir ce train me fait appuyer fort sur les pédales. Alors que je suis arrêté pour tourner ma carte, un cyclo sportif me dépasse. Je me bats quelques minutes pour le rattraper, puis on enchaine les relais à vive allure. Malheureusement nos chemins se séparent au bout de quelques kilomètres, c’est dommage ça me faisait bien tracer ! Au final, je suis largement dans les temps pour avoir mon train et je ralenti un peu l’allure. J’arrive à Tours avec quasiment une heure et demie d’avance sur mon train. J’ère un peu dans la ville, et puis je rentre chez moi. C’est fini pour cette année !

    J’ai roulé 122km à 26km/h

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/-SxhzywWyDYU/U_ZlGKau44I/AAAAAAAACIg/5I7GdJbOxT8/w389-h518-no/DSCF3647.jpg [/img]

    Au total, j’ai roulé 1435km sur 11 étapes. L’enchainement des étapes c’est bien goupillée car j’ai pu visiter pas mal de connaissances sur le chemin et c’est appréciable car si j’aime bien rouler seul la journée, passer les soirées sans compagnie ce n’est pas toujours très joyeux. Au final je n’ai jamais passé plus d’une soirée seul d’affilé.

    J’ai découvert une région que je connaissais mal et que j’ai bien appréciée. Moi qui n’aime pas les grosses chaleurs, j’ai aimé le climat doux, et même si je me suis pris régulièrement des petites averses, j’ai la chance de ne jamais avoir eu de la pluie en continue sur plusieurs heures.
    Par contre, j’ai un peu l’impression d’avoir visité comme un bourrin parfois : à vouloir faire des bonnes étapes, je n’ai pas toujours pris le temps de m’arrêter quand il y avait des curiosités à voir. C’est un peu « si c’est visible de la route tant mieux, sinon tant pis », et du coup je suis peut être passé à côté de certaines choses.

    Je n’ai pas eu l’impression de rouler plus rapidement à la fin qu’au début, par contre j’ai bien senti mon corps s’habituer à fournir un effort tous les jours : Au début je devais faire attention à la fringale et à m’alimenter en sucre au cours de la journée, alors que vers la fin je pouvais me contenter de repas légers, sans avoir besoin d’ingurgiter de sucre rapides pendant l’étape.

    Par contre j’ai souvent eu des petites douleurs aux genoux, chevilles. Mais j’ai toujours réussi à les gérer avec de l’anti-inflammatoire, en faisant attention à la façon de pédaler et en modulant l’effort, sans jamais que la douleur s’installe, que ça m’empêche de rouler ou même me ralentisse de façon significative. Mais à l’avenir il faudrait peut-être que je travaille ma position sur le vélo.

    Désolé pour le roman, bravo à ceux qui ont lu jusqu’au bout !



  • Super récit ! Crozon, c'est vraiment magnifique, c'est clair. Camper sur l'Ile aux moine en camping sauvage en plein août :thumbs_up:
    Je t'ai finalement pas appelé parce qu'on s'est croisé aux niveau des dates. Dommage, j'aurais bien fait un bout avec toi !



  • :thumbs_up: arturr ! Ça a l'air cool ! :cool:
    Sympas tes vacances.



  • Super Arturr :thumbs_up:
    Belles vacances et joli tour de la Bretagne.



  • belle rando, belles photos, c'est génial le grand ouest même si la météo est souvent capricieuse(mais ça nous on aime), t'as bien roulé +de 1400kms, des étapes de 100 bornes de moyenne c'est bien si on veut un peu profiter, chouettes vacances:thumbs_up::thumbs_up::thumbs_up:



  • :thumbs_up::thumbs_up:vraiment sympa, avec de belles photos !



  • :thumbs_up: puissance 10 000

    J'adore lire les aventures cyclopédiques



  • Je m'abonne,ca deboite !



  • c'est marrant ta photo du tas de pois sous le soleil, chaque fois que je me suis pointé au bout du monde il flottait



  • ça c'est des belles vacances à vélo ! :thumbs_up:



  • Ca donne envie de repartir... :thumbs_up:



  • Content que ça vous plaise !
    @gt : Ouai globalement j'ai eu un temps pas mal, je m'attendais à pire !



  • [quote='iSkull' pid='1849101' dateline='1408716249']

    J'adore lire les aventures cyclopédiques

    [/quote]

    pareillement.
    Et bravo pour le camping par nuit pluvieuse dans un cimetière breton
    je crois que je n'aurais pas osé :s



  • C'es super ! Merci arturr pour ce beau récit. :thumbs_up: Finalement, je vais peut-être visiter la Bretagne à la Toussaint... ça donne trop envie ton trip !



  • Belles vacances ça laisse rêveur... et rappel les souvenirs de mon super séjour sur la presqu’île de Crozon!
    Pour rester sur les belles pointes tu as aussi le cap de la chèvre!

    Ely, toi qui aime la grimpette et les beaux paysages (et les bon crus :thumbs_up:) je t'encourage vivement a allez en BZH ;-)



  • Ely elle la sentira même pas passer la grimpette bretonne après ce qu'elle c'est enquillé cet été !
    Mais vas-y c'est super comme région ! Et tu pourrais en profiter pour faire un peu de repérage pour le Paris Brest Paris ! D'ailleurs, je sais plus vers ou est-ce que c'était, vers Carhaix je crois, j'ai vu des messages d'encouragement sur la route, du genre "allé, plus que 500km", je pense que c'était pour ça !?



  • [quote='elyasmina' pid='1849879' dateline='1408898516']
    […] Bretagne […] Toussaint […]
    [/quote]

    T'es d'un naturel optimiste toi ? :rolleyes:
    Ou alors tu veux vraiment prouver l'étanchéité de tes sacoches… :devil: :D
    :kiss: les Bretons.



  • [quote='arturr' pid='1849912' dateline='1408902804']
    Ely elle la sentira même pas passer la grimpette bretonne après ce qu'elle c'est enquillé cet été !
    Mais vas-y c'est super comme région ! Et tu pourrais en profiter pour faire un peu de repérage pour le Paris Brest Paris ! D'ailleurs, je sais plus vers ou est-ce que c'était, vers Carhaix je crois, j'ai vu des messages d'encouragement sur la route, du genre "allé, plus que 500km", je pense que c'était pour ça !?
    [/quote]

    J'ai pas dis non plus que la Bretagne c'était les Pyrénées!:kiss:
    Sinon tu as prévu de nous parler de ton équipement? (Vélo/sacoches/matos de camping/vêtements...)



  • Il pleut, mais le temps change très souvent, donc t'es jamais trempé jusqu'à l'os.



  • Super :thumbs_up: T'as ta map qqpart ? ;)



  • @Tbnoll : Pas de map non, j'avais pas d'itinéraire pré-établi et j'ai pas le courage de faire une map post-rando.
    @NicoSka: Je vais essayer dès que j'ai le courage.



  • Pour répondre à NikoSka

    Le vélo : Un vitus alu emmanché collé trop grand pour moi. Les développements vont jusqu'à 38x28, suffisant pour ce que j'ai rencontré mais pas pour faire les alpes.
    Le porte bagage : http://www.pignonfixe.com/showthread.php?tid=87881&pid=1321226#pid1321226 pour adapter sur mon vélo dépourvu d'oeillets. Nickel, ça bouge pas.
    Les sacoches : Des ortlieb back roller city.
    Sacoche de guidon : Ortlieb grand format.

    J'ai retrouvé la liste que j'avais faite avant le départ donc ça donne à peu près ça :

    [b]Pour la nuit :[/b]

    • Tente : une 2 places qui est à mes parents, pratique pour le confort car je peut rentrer mes sacoches à l'intérieur et étaler mon bordel, mais pas très light, 2,9kg + sac poubelle pour la protéger en cas de pluie.
    • Sac de couchage
    • Sac à viande en soie D4
    • Tapis de sol (1m de long D4)

    [b]habits vélo[/b]

    • 1 cuissard court : lavé le soir, remit encore mouillé quasiment tous les matins.
    • 1 maillot de vélo synthétique : Peu utilisé, l'année prochaine je m'en passe.
    • 1 teeshirt manche courte en mérino D4 : Emmené pour servir de teeshirt pour le soir, mais finalement utilisé sur le vélo. La matière fait qu'il peut servir plusieurs jours sans être lavé sans puer, avantage indéniable sur le synthétique. L'absence de poche dans le dos n'est pas très grave en rando. Utilisé parfois en dehors du vélo.
    • 1 teeshirt manche longue en mérino D4 : Pour porter par dessus quand il fait un peu frisquet, utilisé parfois en dehors du vélo.
    • 1 veste softshell mavic. Pour quand il pleut, ou qu'il fait froid en dehors du vélo.
    • chaussures de vélo shimano spd.

    [b]habits en dehors du vélo[/b]

    • 1 paire de basket
    • 1 pantalon léger
    • 1 short. Parfois porté en vélo par dessus le cuissard lorsque que je n'assumais pas le look cycliste moule bite.
    • 1 teeshirt coton
    • 2 caleçons et chaussettes
    • 1 pull léger en mérino
    • 1 chemise en chambray
      (j'ai adopté la stratégies de plusieurs couches fines plutôt qu'un gros pull)
    • 2 maillots de bain (un short et un boxer)

    [b]réparation[/b]

    • 3 chambres à air
    • démonte pneu
    • rustines
    • pompe
    • multitool vélo
    • clef à rayons
    • 3 rayons de rechanges
    • dérive chaine (un peu useless je pense)
    • pince/couteau multifonction, utilisé aussi pour les pique nique.

    [b]autre[/b]

    • trousse de toilette
    • serviette micro fibre
    • pharmacie minimaliste
    • cartes routières
    • boussolle
    • lampes vélo
    • lampe frontale
    • harnais gilet jaune
    • livre
    • appareil photo
    • ipod
    • téléphone
    • papier
    • chargeurs appareils électriques
    • PQ
    • 1 petit carnet 1 crayon
    • cuillère
    • U
    • couverture de survie (pour déjeuner dans l'herbe mouillé, en cas de froid à la pause, etc.)

    J'ai adopté la stratégie zip-lock, pour compartimenter par usage et éviter que ce soit le bordel dans les sacoches.

    Dans la sacoche de guidon se trouve ce qui est précieux et à besoin d'être à porté de main : crème solaire, cartes, outils, bouffe vélo, etc.

    Ensuite je me suis pas mal posé la question sur la répartition gauche/droite dans les sacoches arrière et j'ai trouvé une configuration pratique, est qui réparti pas trop mal le poids entre les deux :

    • sacoche droite, ce dont je suis sur de ne pas me servir dans la journée : habits pour le soir, sac de couchage, trousse de toilette. ça rentre au forceps, mais c'est pas grave car j'y touche pas de la journée.
      -sacoche gauche, ce qui peut potentiellement me servir la journée et le reste : U, habits pluie, le pique nique de la journée, pharma etc. Il reste de la place, ce qui me permet de fouiller dedans sans avoir à tout bien re-ranger.

    Si y a des questions...



  • Très bon topic, j'aime.



  • :thumbs_up::thumbs_up:



  • Bravo, excellent! Je vais lire le détail du récit tranquilou ce soir...



  • Pour la petite histoire, après avoir raconté à ma grand mère ma virée et, entre autre la nuit dans le cimetière, elle m'a répondu ça :

    [b]"[...]Quoi de choquant d'aller dormir au milieu des dormants ? Tu sais que moi, j'ai toujours bien aimé les cimetières, et je pense que c'est tout simplement quelque chose qui coule dans mes veines étant donné que mon arrière-grand-père est né Jules Cimetière. Ce nom est assez répandu à Orléans où il vivait mais, peut-être à l'occasion de son mariage, il a préféré changer de nom.[...]"[/b]

    Donc voilà, mon ancêtre s'appelle Cimetière, tout s'explique !



  • Ah ah moi j'ai des "Cercueil" du côté de ma mère ;)

    Sinon pour ta liste, je fais un peu le même genre de choix, mais pour deux notre tente est plus légère (3 places 2.6kg D4). C'est agréable d'avoir un peu de place.
    Et on a donc aussi des fringues "du soir" pour certains jours où n'a presque pas roulé.

    Je n'ai jamais testé la couverture de survie. C'est si efficace que ça ?



  • la couverture de survie c'est vraiment bien pour être isoler, et perso je trouve ça plutôt efficace



  • Pas mal aussi les Cercueil ;)

    Ouai la tente il faudrait que j'investisse dans quelque chose de plus léger ! Mais idem c'est bien d'avoir de la place pour rentrer les affaires, je reprendrais une 2 places. Vous avez quel modèle ?

    La couverture de survie à décathlon t'as la classique, ultra fine, il parait qu'en gros si tu la utilisé une ou deux fois tu peux la jeter car très fragile, et une un peu plus épaisse et solide, ce que j'ai prit (mais qui commence déjà à montrer des signes d'usures). Du coup elle peut aussi servir de bâche légère.
    Je l'avais achetée pour dormir à la belle étoile en Normandie début mai, autrement dit dans ces conditions elle a bien portée son nom "de survie" (l'intérêt était ici surtout de protéger de l'humidité).
    Et je l'ai emmené cette été, elle m'a servit pour petit déjeuner certains matin dans l'herbe encore humide, une fois à une pause ou il faisait bien froid et humide (ça réchauffe un peu), et lorsque j'ai planté ma tente dans le cimetière sous la pluie, pour délimiter une zone "sèche" dans la tente pour mon sac de couchage vu que le fond de ma tente avait un peu prit l'eau et que j'étais rentré comme un bourrin avec toutes mes affaires trempés.



  • [quote='arturr' pid='1852108' dateline='1409305902']
    Ouai la tente il faudrait que j'investisse dans quelque chose de plus léger ! Mais idem c'est bien d'avoir de la place pour rentrer les affaires, je reprendrais une 2 places. Vous avez quel modèle ?
    [/quote]

    On a la T3 Ultralight.
    Pas très chère pour le poids, qualité que je trouve correcte sans vraiment pouvoir comparer avec les grandes marques qui facturent le double.
    Abside qui pourrait être + grande car on y rentre jusqu'à 8 sacoches, mais même à vide c'est difficile d'y cuisiner (on s'en fout, on voyage sans réchaud...).
    Cette année on n'a rien acheté, mais l'année prochaine je ne repars pas avec des matelas basiques (A200 de D4) : j'ai testé des thermarest chez un pote, j'en veux un !



  • Beau récit et belles photos, ça donne des idées pour la prochaine rando.

    On aurait presque pu se croiser, je rentre d'un Tours - Nantes mais en mode pèpère le long de la Loire (ou presque)
    Le coin est magnifique, des lumières ahurissantes au coucher de soleil, y a ça que dans l'Ouest.



  • C'est la ultralight normal ou la pro que vous avez ? Car la normal en trois places est donné pour 3,5kg.
    Et j'ai l'impression qu'ils arrêtent la gamme ultralight pro pour remplacer par QuickHiker Ultralight. http://www.decathlon.fr/tente-quickhiker-ultralight-2-id_8245650.html
    ça semble bien conçu...
    Et le thermarest ça change quoi ? Confort seulement ?



  • C'est la Quickhicker Ultralight 3 personnes pardon !
    http://www.decathlon.fr/tente-quickhiker-ultralight-3-id_8245651.html#
    Pas donnée mais chez Vaude ou autre, c'est le double.

    A l'époque on l'a achetée 250 et elle a eu un souci (trou sur le toit dès les 1ers jours, on n'a pas compris d'où il venait). Remboursement de D4 + chèque cadeau pour dédommagement (je suis passé directement par l'équipe en charge de la tente et non via un magasin) => rachat à 199€ (le prix a baissé pendant l'été où on l'a utilisée) :)

    Le thermarest c'est vraiment pour le confort (isolation aussi, mais je ne ressens pas le besoin de + d'isolation dans nos conditions de voyage). L'épaisseur est bien doublée, et le poids divisé par deux.
    Perso je dors sur le côté, et sur un matelas fin ça ne passe pas du tout : soit il faut le gonfler à bloc et c'est pas confortable, soit je touche le sol.



  • Super photos et beau périple! Je sens que je vais aller y faire un tour cet hiver...



  • J'aimerais trop partir juste un weekend avec des mecs comme vous...
    Ce sentiment de liberté. D'aventure.



  • Je me suis amusé à commencer à bricoler le très connu réchaud à alcool P3RS ( http://www.randonner-leger.org/wiki/doku.php?id=p3rs )
    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-AYl5cADywNo/VB19auFNDoI/AAAAAAAACMM/GrHlMSM88f0/w922-h518-no/IMG_20140919_143716385.jpg[/img]
    C'est pas dur à faire et c'est marrant à utiliser, ça fait plaisir quand il passe en mode "gazinière" (on allume au milieu et au bout d'une minute de préchaufage, les flammes bleu et puissantes sortent par les trous latéraux)

    Il faut encore que j'améliore un peu. C'est pas aussi performant et pratique qu'un réchaud à gaz mais ça a l'avantage d'être gratuit et léger. Je sais pas encore si je l’emmènerai (ainsi qu'une popotte) en rando, mais ça peut être sympa de manger chaud et d'essayer de faire des petits plats simple mais pas dégueux avec un équipement très rudimentaire !



  • Technique à retenir!



  • Je connaissais pas, très astucieux ! :thumbs_up:



  • tiens t'es là, salut ça va ?

    j'avais lu ton sujet déjà, et pas percuté quand tu en as parlé...bref,

    cela m'intéresserait d'avoir un retour sur ton bike born (le tout neuf ) , peut etre à l'occasion de ton futur dernier voyage,

    ps: j'adore le coté magyver du réchaud :thumbs_up::thumbs_up:



  • Ha tiens c'est vrai que j'ai un taupic moi, j'avais oublié !
    Allé petite mise à jour tardive, ça fait environ 6 mois que j'ai un nouveau vélo à tout faire, vélotaf, rando à la journée, rando sur plusieurs jours, et même déposage même si ce n'est pas là qu'il excelle le plus (et possibilité de faire du cyclocrotte si je remet les pneus de 35, mais c'est pas à l'ordre du jour)

    Histoire de ne pas être original, un croix de fer 20, modèle 2015. Acheté tout monté mais je l'ai agrémenté de différents accessoires histoire d'être sur qu'il pèse bien une tonne : gardes boues, porte bagage, sacoche de guidon, moyeu dynamo et phares.

    Ici en configuration sortie à la journée/Ride de merde/BRM
    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-I-wVHf-_jPg/VTln8zrQDAI/AAAAAAAACvM/Ls4TSogNqPo/w778-h519-no/IMG_7462.jpg[/img]

    Là en mode rando sur plusieurs jours, avec sacoches et tente (pas encore testé sur plusieurs jours)
    [img]https://lh4.googleusercontent.com/NLpOQqanS6RpXZJEYrrzFExoN4MwDUf3gELqcyztUa4=w778-h519-no[/img]

    En vélotaf je vire la sacoche de guidon et j'utilise une seule sacoche à l'arrière.

    SCARM spirit pour des sorties toujours plus merdiques.
    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-tM1-xmquxsM/VTln8wXTSxI/AAAAAAAACvA/RQn6WLY3tmo/w778-h519-no/IMG_7465.jpg[/img]

    Le poste de pilotage avec la carte sous les yeux.
    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-bIQuKlkOL1U/VTln9ngBG3I/AAAAAAAACvY/iYgOk7R6Kv0/w778-h519-no/IMG_7467.jpg[/img]

    Phare avant.
    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-xPfElBeY6rM/VTln9stErqI/AAAAAAAACvU/Pv_10BbTLxU/w778-h519-no/IMG_7469.jpg[/img]

    Et arrière.
    [img]https://lh6.googleusercontent.com/-V5N8G801iIA/VTln-HtTQuI/AAAAAAAACvg/dsY2BgB6fYI/w346-h519-no/IMG_7474.jpg[/img]

    On est plus proche du cheval de trait que du pur sang mais ça me convient parfaitement. C'est fiable et efficace dans pas mal de circonstances et ça me change du vitus d'avant qui partait en lambeau. Je suis bien dessus et même si j'ai déjà pas mal roulé avec, j'ai hâte d'aller faire de la borne sur plusieurs jours avec ! Et ce sera l'occasion d'alimenter ce topic avec un nouveau récit post-rando ;)



  • :thumbs_up:



  • Il donne envie de partir loin :thumbs_up:



  • t'en as une chouette bicyclette pour rouler loin arturr !



  • pourquoi tu n'installes pas le phare sur la sacoche ?



  • Tu peux plus enlever la sacoche après.

    Ce qui serait top c'est un petit rack avant pour poser la sacoche avec la lampe fixée au bout :thumbs_up:



  • La sacoche je ne l'utilise pas tout le temps, et quand je l'utilise elle doit être amovible pour les pauses, et en plus c'est un peu mou, donc je vois pas comment je pourrais fixer la lampe dessus.

    Par contre ton idée unidred est sympa, mais ça veux dire nouveau rack et nouvelle sacoche donc c'est pas à l'ordre du jours. Et en plus quand j'accroche mon vélo dehors en ville (ce que j'essaye de faire le moins souvent et le moins longtemps possible) j'ai pas envie que le phare soit proéminent vers l'avant, exposé aux chocs et vols. Là au moins il est un peu protégé et on ne le voit pas trop. Mais peut être dans une config future ![hr]
    Et puisqu'à la page précédente on parlait de tente, vous remarquerez que j'en ai une nouvelle, la D4 QuickHiker Ultralight 2 places. Pas encore testée, mais ça à l'air pas mal, et plus légère et moins encombrante que celle que j'avais avant.



  • [img]http://arthurrichard.fr/divers/logo+01-03.jpg[/img]

    J'avais deux jours à tuer dimanche et lundi, du coup j'ai décidé d'aller faire du vélo. Je cherchais un endroit ou aller alors j'ai regardé les [url=http://www.audax-club-parisien.com/FR/332%20-%20Reglement.html]flèches de France de l'audax club.[/url] Le Paris - Mont-Saint-Michel correspondait à peu près aux distances envisagées. En plus j'ai aperçu le Mont-Saint-Michel lors de ma rando vers la Bretagne l'année dernière sans prendre le temps de m'approcher. C'est donc vers ça que mon choix se porte, et je reporte l'itinéraire sur ma carte michelin.

    Après le BRM300 d'il y a 15 jours ou j'ai bien pris mon pied mais où j'ai pas mal sucé les roues, j'ai un peu envie de voir comment je peux me démerder sur une longue distance en solo. Je pars également volontairement pas mal chargé, histoire de tester des choses et le nouveau matos avant l'été : tente et sac de couchage, de quoi être autonome en nourriture sur 1,5 jours, mini réchaud, etc. La suite montrera que vouloir allier longue distance et chargement conséquent n'est pas forcement une bonne idée.

    Je prépare mes affaires samedi soir et file me coucher à minuit. J'ai besoin de faire une vraie nuit donc c'est rappé pour un départ aux aurores. Je prends la route dimanche à 8h. Je roule en faisant attention à la ré-gu-la-ri-té !

    Au km 75 je fais ma première pause, 10 minutes à peine. En repartant je fais 5m sur un chemin en gravier et ça ne manque pas, je crève de la roue arrière. Mon vélo ne porte pas un autocollant SCARM pour rien. Je suis bon pour 10 minutes de pause supplémentaire. Je répare puis je m’attelle à gonfler le plus possible avec ma pauvre pompe D4 à 4€ tout en fantasmant sur une Lezyne Micro Floor Drive.

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/5ubWWyNv8q7AgmGrEFGifJ4WeDIDBpNPFH5mSR-zT78=w778-h519-no[/img]

    J'essaye de garder le rythme d'une pause tous les 75km mais pas moyen, il est déjà 13h30 quand je suis au km110, j'ai la dalle et je commence à fatiguer. Je m'arrête au bord d'un tout petit lac à Damville pour déjeuner, lac sur lequel est organisée une régate de voilier radiocommandé. Ça veux dire qu'il y a du vent, c'est pas bon ça :D

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-A0eoXTBZKWE/VWNh1emWnWI/AAAAAAAAC0Q/rWZ0VAbAT4Y/w778-h519-no/IMG_7652.jpg[/img]

    Je déjeune une partie de ce que je me suis préparé la veille, des espèces de mini calzones et une salade de lentille.

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-YyVamVMQnY4/VWNhz-HPhoI/AAAAAAAACz4/cTkEvkI_FNs/w778-h519-no/IMG_7651.jpg[/img]

    L'Eure c'est un peu chiant, des champs de céréales, un peu de vent de face, rien de bien plaisant. Je bascule ensuite dans l'Orne ou le paysage se fait plus bocageux. Certes c'est moins plat mais au moins le bocage abrite un peu du vent et c'est plus agréable à l'oeil.

    Je continue ma route, je dépasse Argentant et paf panne sèche. Je me traine jusqu'au village suivant, Montgaroult, et je me pose près de l'église. J'ai fait 221km et il est 19h45. Je commence à avoir froid alors j'en profite pour tester pour la première fois sur le terrain mon réchaud à alcool P3RS (bricolé avec une canette de soda) pour me faire des nouilles chinoises instantanées. Ça fait du bien de manger chaud.

    [img]https://lh4.googleusercontent.com/h11Pu_XUHGsntDwdbHkQ_iax4VT7e_VJJFl0u9am2B0=w778-h519-no[/img]

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-0SYPzV0AEDg/VWOIWXhN6WI/AAAAAAAAC1Y/IpCERKXeEkk/w778-h519-no/IMG_7661.jpg[/img]

    La réserve d'alcool sous le porte bidon :
    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-G3wC4egtZA0/VWNh0I5xtAI/AAAAAAAAC0A/Sb_qy3Q-Sxo/w778-h519-no/IMG_7649.jpg[/img]

    Après le diner j'ai toujours un peu froid alors je m’emmitoufle dans ma couverture de survie, je ferme les yeux et m'endors illico. Je pourrais faire ma nuit là, mais il y a encore du chemin alors je me contente d'une sieste et je repars vers 21h après avoir enfilé mon baudrier réfléchissant en prévision de la nuit qui ne va pas tarder à tomber. Je suis pas encore bien réveillé alors au village suivant je m'arrête 5 minutes, le temps de prendre un café en vitesse et j'y retourne.

    La nuit commence à tomber et je prends mon pied à rouler dans l'obscurité. Bon par contre moi qui pensait qu'en roulant jusqu'à minuit-une heure je serais quasiment au Mont-Saint-Michel, j'étais optimiste. Il reste encore pas mal de distance. Vers minuit 30, un épais brouillard apparait, ça devient un peu galère alors vers 1h, un peu avant Mortain, je commence à chercher un endroit ou me poser. Je tente 4-5 champs qui longent la route mais ça ne va pas : boue, cloture, plantation, etc. Le suivant est le bon, il y a une bande de terre non plantée. C'est de la terre, j'aurai préféré une prairie d'herbe moelleuse, ça va salir ma tente toute neuve, mais au moins je n'aurai pas les pieds trempés par la rosée en marchant dans l'herbe le lendemain matin. Le talus n'est pas très haut, mais suffisant pour que les voitures ne m’aperçoivent pas.
    Je monte ma tente à la lueur de la frontale, je me couche et m'endors comme un bébé.
    J'ai fait 291km, à une moyenne de 22,6 (c'est lent tout ça), et strava indique 2579 de D+ mais je le soupçonne de surestimer un peu.
    https://www.strava.com/activities/311146731


    Avant de partir j'avais vu sur internet que l'accès au Mont-Saint-Michel était interdit aux vélo de 10h à 18h. Je sais pas si c'est encore d'actualité mais de toute manière plus tôt j'y serais, moins de touriste il y aura, alors comme il me reste une soixantaine de kilomètres, la veille j'ai réglé mon réveil sur 6h. Et bien il ne me servira même pas, à 5h30 je suis réveillé et je ne vais pas attendre qu'il sonne pour me lever, je commence à ranger mes affaires. A 6h je suis opérationnel et je quitte mon champ.

    (je suis dèg, n'ayant pas encore de compact digne de ce nom je me suis trimbalé le reflex pour faire des belles photos du Mont-Saint-Michel, mais la batterie a prématurément rendu l’âme et je n'en avait pas de rechange donc à partir d'ici les photos sont au smartphone)
    [img]https://lh5.googleusercontent.com/-HpzPgniouP8/VWNZOE7z7CI/AAAAAAAACx4/jnAtVPQnE_I/w923-h519-no/upload_-1[/img]

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-NTV8mkrbsbw/VWNZPMbWoGI/AAAAAAAACyA/eyYfgGdmH2Q/w923-h519-no/upload_-1[/img]

    On est encore sous le brouillard. Brouillard qui se transforme rapidement en pluie fine. Vers Basoge je tombe nez à nez avec une vache paumée au milieu de la route. J'ai l'air con, dès que je m'approche elle panique, alors ça me semble un peu risqué de traverser. Finalement elle rebrousse chemin et retourne vers son champ, je peux continuer.
    Le brouillard finit par se dissiper. Tant mieux, ça m'aurai fait chié de ne pas voir le Mont-Saint-Michel à cause de ça !
    J'approche du but. Dans le polder le vent souffle méchamment de face mais je commence à apercevoir le Mont. J'attrape la passerelle. Il est 9h du matin.
    Hop la photo finish qui va bien avec le vélo :
    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-sMpNBFkUwtg/VWNZGWU3xPI/AAAAAAAACww/ILblMkeMbgY/w923-h519-no/upload_-1[/img]

    J'accroche ensuite mon vélo devant et je vais visiter à pieds. J'avais jamais visité auparavant et c'est super. J'ai bien fait d'arriver tôt il n'y a pas encore grand monde. Je galère un peu dans les marches entre les jambes lourdes et les chaussures spd. Un conseil si vous venez avec des chaussures routes prévoyez une paire de tong ça serait bête de se péter une jambe :D

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-u6WJoSP_7UE/VWNZVOuKnTI/AAAAAAAACy4/GXoLCmKciKI/w923-h519-no/upload_-1[/img]

    [img]https://lh3.googleusercontent.com/-WpvPmfdTs78/VWNZYFZfz8I/AAAAAAAACzY/T9LbS-MwOhA/w923-h519-no/upload_-1[/img]

    [img]https://lh5.googleusercontent.com/-60TrS23UGrY/VWNZUUNffHI/AAAAAAAACyw/RqaH7e6kRIw/w923-h519-no/upload_-1[/img]

    Bon c'est pas tout ça mais j'ai beau être arrivé ici et en avoir marre de pédaler, il faut encore faire une cinquantaine de km jusqu'à Villedieu-les-Poêles pour rejoindre la gare qui me ramènera à Paris. Je quitte le Mont vers 11h, en croisant un flot de touristes par paquet de douze qui commencent à arriver. Les quinze kilomètres pour retourner à Pontaubault seront les seuls où j'aurai vraiment le vent de dos au cours de ces deux jours. Après Avranches, il reste une ligne droite de 17km sans intérêts jusqu'à la gare, jamais plate. Là j'en ai vraiment ras le cul, j'avance plus. J'ai pas mal aux jambes, pas d'hypo, mais mes jambes ne veulent juste plus tourner. Au moindre faut plat je met tout à gauche. Même dans les descentes je me traine. Je compte littéralement les kilomètres. Je vois sur ma carte qu'une grosse côte est indiquée juste avant la fin et j'ai tellement la flemme de la grimper que je fais ma pause déjeuner 5km avant l'arrivée. Finalement après déjeuner la côte n'est pas si infranchissable que ça ! J'arrive à 14h à la gare avec une 1h20 d'avance sur le train que j'ai repéré... Ah nan en fait il y a un train à 14h15, c'est parfait, je serais plus tôt chez moi !
    J'ai roulé 105km, 20,5 de moyenne (un peu faussé car j'ai laissé tourné un peu pendant que je marchais dans le Mont mais surement pas beaucoup plus vu comment je me suis trainé), 898 de D+
    https://www.strava.com/activities/311415792

    Bref, c'était bien. Mais j'en ai chié. Mais c'était bien.
    Comme je l'ai dit au début, je crois que c'était un peu con de croire que je pouvais rouler comme en BRM alors que j'étais chargé. Derrière son ordinateur c'est facile de s'imaginer enquiller les bornes mais une fois seul avec le vent légèrement de face et un parcours pas tout plat, c'est différent.
    J'ai pas de regret et j'ai quand même bien kiffé, mais je crois qu'à mon niveau actuel, j'étais pas loin de la limite ou une aventure plaisante devient chiante :p
    Mais bon ne croyez pas que c'était la torture, sinon je ne suis pas maso j'aurai écourté ! Mais je pense que ma prochaine aventure je viserai un peu plus modeste.

    En bonus une carte interactive du parcours, vous pouvez cliquer sur les points disposés sur le parcours :
    <iframe width="100%" height="600px" frameBorder="0" src="http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/paris-mont-saint-michel_41092?scaleControl=true&miniMap=false&scrollWheelZoom=true&zoomControl=true&allowEdit=false&moreControl=false&datalayersControl=false&onLoadPanel=undefined&captionBar=false"></iframe><p><a href="http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/paris-mont-saint-michel_41092">Voir en plein écran</a></p>



  • Merci pour ce récit !
    Si j'ai bien compris mis à part le Mont Saint-Michel la route n'avait rien de transcendant ?



  • Peut être pas transcendant mais si c'était pas mal quand même ! Mais bon peu de photos car pas envie de m’arrêter. D'ailleurs je dis que l'Eure c'est pas top, c'est partiellement faux car on y croise beaucoup de jolis villages et demeures imposantes.



  • Belle ballade, bien joué :thumbs_up:



  • Super arturr !



  • Bien joué Arthur :thumbs_up::thumbs_up:



  • Cool le récit ! :thumbs_up:
    C'est marrant, samedi soir/journée de dimanche j'étais en face du Mont, sur la baie, pas loin d'Avranches.
    'ffectivement le matin était sacrément brumeux (euphémisme) et l'après-midi bien ensoleillée (mais venteuse) ! ;)

    [quote='arturr' pid='1972834' dateline='1432675121']
    La suite montrera que vouloir allier longue distance et chargement conséquent n'est pas forcement une bonne idée.
    [/quote]

    Question de n00b de la "grande" distance : même avec un rythme moins soutenu que pour un BRM ?



  • :thumbs_up:
    par contre la photo devant le mont c'est pas ça... va falloir y retourner !



  • Super le récit :thumbs_up:

    Sinon la tente c'est quoi ?



  • Bravo :thumbs_up:



  • Bien joué !! Tu es parti sur quel modèle de tente ?



  • belle bouffé d'air :thumbs_up::thumbs_up:



  • <p>non rien.</p>



  • Belle balade! Et chouette récit, c'est un vrai plaisir de lire cela au boulot!

    Je sors de table, mais les mini calzone et les lentilles m'ont remis en appétit.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.