Road to ruin, PBP 2019



  • Apparemment mon ancien topic n'a pas survécu aux affres des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Mais j'ai trop la flemme de refaire un truc, et puis mes objectifs vélocipédiques ont un peu changé.

    J'aimerais faire le PBP en 2019, pour cela je me concentre essentiellement sur le roulage. Je repars sur des BRM dans le coin début avril et avec un peu de chance je ferai mon premier 400 au mois de Juin.

    Je vous conseille en toute honnêteté de me suivre sur Strava qu'est-ce qu'on se marre avec le mois de la contrepèterie. :grin: #irony

    Une nouvelle question passionne les foules, c'est de savoir si mon custom SingleBe sera monté avant ou après le Maskisports de @geikaho ?

    Pour l'instant je vais passer sur les fracas aqueux du MMH 2017, les nippes de Chine, les boutons d'été, ou encore les Knouts à la russe.

    En fait si mon topic a survécu, je laisse un lien vers les ARCHIVES !



  • Ce message a été supprimé !


  • @spraynasal a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :

    Apparemment mon ancien topic n'a pas survécu aux affres des nouvelles technologies de l'information et de la communication.

    Mais si ! ;)

    https://www.pignonfixe.com/topic/128/la-cavité-nasale-de-spray-c-est-lent-très-lent



  • Ah énorme, bon du coup je mets un lien vers les archives, j'avais tenté quelques recherches mais sans succès.



  • Tip : Cliquer sur le pseudo du gars / Clic sur menu pastille bleu à droite / Sujets ;)



  • @MK90 tu maîtrises déjà le nouveau forum ! J'y ai même pas pensé :)



  • Je maîtrise rien du tout… mais je clique un peu partout par contre, du coup je "découvre" des trucs ! :D



  • @spraynasal C'est dans mes objectifs aussi le PBP 2019.
    Je peux accrocher quasi tous les 150, 200, 300 et 400 du coin d'ici cet été.
    En gros à part le 200 de Vertou du 29/04 je suis pour le moment sur le coup.
    On se tient aux jus pour faire ensemble ceux qu'on a repéré?



  • @spraynasal a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :

    Je vous conseille en toute honnêteté de me suivre sur Strava qu'est-ce qu'on se marre avec le mois de la contrepèterie. :grin: #irony

    #approved

    Pas sûr que ce sera la ruine, t'as raison d'aller à Brest, ça te fera sortir de ta jungle souterraine un peu



  • @wapdawap Hey ho, roulons !! Pour le 200 du 8 avril on va se croiser là bas, si tu es chaud pour le 300 du 30 avril à Angers, je peux t'emmener dans mon break ! Le 400 je crois que c'est mi juin !

    @SebL à Brest je serai déjà à mi chemin vers l'(in)sanité !



  • Pour le 200 no problem. En fonction de ton heure d'arrivée ;).
    Pour Angers j'avais pas noté dans mes carnets. Pour le coup c'est un chouille loin pour moi.



  • Pour le 200 je pense être là à l'ouverture :)
    Pour Angers faut juste partir à 3h du matin de Nantes doucement :sleepy:



  • A vrai dire, faire les BRM cette année n'a aucun avantage pour le PBP... Va donc voir du paysage...



  • Je vais finir par être le seul à ne pas rouler :(



  • Viens le 11 juin a Orléans...



  • @Cipitized Il a pas supporté de se faire chambrer à la Roche parce qu'il n'était pas licencié. Maintenant qu'il a pris sont ticket à l'UCNA il doit le rentabiliser :)



  • @gouache Don't worry l'ami :smile:



  • Ouais... Mais je suis partisant du 'Dehorscestgratuit"



  • @Cipitized Les BRM c'est pour l'exercice et le cadre, je sais que si je n'ai pas ce type d'échéances je vais jamais me lever un dimanche pour me dire je pars pour 400 bornes :) Ca m'aide à garder la motivation ! Il faudra tout refaire en 2019 mais c'est pas grave, je veux savoir dès maintenant si je peux y arriver !

    @cov Tu m'as percé à jour :grin:

    @mrboulard Arrête de faire semblant que tu roules pas vu que ce que tu sembles préparer pour l'été :bicyclist:



    1. Sembler + attribut/inf. (à qqn). Avoir telle ou telle apparence aux yeux de quelqu'un. Synon. paraître.
      a) + attribut subst.Peinture de Teniers, qui semble une aquarelle relevée de piqûres de gouache et de plume (Goncourt, Journal, 1860, p. 795).Le cliquetis du présentez-armes a retenti si brusquement qu'il m'a semblé une détente de piège (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 216).

    (J'ai mis l'exemple a, parce qu'il parle de @gouache)



  • Ce message a été supprimé !


  • Bouclage hier de mon premier BRM de l'année avec @wapdawap un peu dans la souffrance !
    Ca démarre relativement fort, mais c'est pas non plus exceptionnel, la bonne humeur est de mise, le vent aussi.

    Très vite wapdawap se retrouve devant avec un mec et moi un peu plus loin derrière. 20 km plus tard je me retourne pour voir ce qui passe avec le groupe et je vois qu'ils sont tous planqués derrière moi, je fais signe à wapdawap de regarder.

    Je roule pas spécialement fort, mais ils restent comme ça encore peu, faut dire qu'en faisant le kéké dans le taquet de Treillères j'ai imposé le respect :metal_tone3:, enfin bon personne ne semblait chaud pour prendre des relais. Plus de la moitié de ces mecs finiront au moins une heure avant moi !

    Au détour d'une petite montée sans prétention, wapdawap balance trop de watts et un maillon de sa chaîne subit une dilatation localisée des plaques extérieures, laquelle chaîne casse un rayon (mais on ne s'en apercevra que plus tard), je m'arrête pour l'attendre mais je suis bien le seul... pendant la remise en place de la chaîne, on voit passer un premier groupe, puis un deuxième puis un troisième. On repart on raccroche le 3e groupe, on fait la locomotive pour le 3e groupe, on ramasse un mec abandonné pendant sa pause pipi.

    Au moment où le trajet du 200 diverge de celui d'un BF 150, on n'est plus que 4, le rescapé de la pause pipi et un papy du 3e groupe. Gérard (ou Roger), je n'ai pas retenu les prénoms, nous demande d'une si on peut lever le pied, et deux si on veut bien le planquer pendant la phase vent de face. On quitte le vent latéral pour l'avoir de face, on fait la locomotive pour nos 2 compagnons de grupetto, de mon côté je commence à avoir quelques difficultés, 75km jusqu'au premier contrôle je trouve ça long... je prends un petit café et un coup de tampon. Les mecs ils prennent chacun un demi pain au chocolat, j'en suis déjà à mon deuxième mini sandwich rillettes et ma deuxième pâte de fruits.

    Deuxième contrôle à 100km autant dire que c'est vite torché, le café / rillettes m'a bien requinqué, mais je fais encore le con en mettant le grand plateau. Il est tout juste 11h30 j'en profite pour manger en roulant une fougasse à 3€ qui a des allures de pizza familiale XXXL, Roger est pressé de partir pour rattraper un groupe qui vient de partir, le rescapé il mange à peine... wapdawap en profite pour remettre sa chaîne correctement dans le dérailleur depuis 25km qu'elle faisait un bruit d'enfer :p

    La digestion est difficile, je décroche un peu du groupe, ils sont restés en mode grand plateau et j'arrive pas à suivre en moulinant. On avait prévu le vent de face sur la première moitié, mais on nous l'avait promis dans le dos sur la deuxième... je galère un peu, j'ai plus d'eau mais ça se remet en place doucement, wapdawap toujours devant sans souci.

    Le troisième contrôle arrive comme le messie, on talonne de près un groupe devant nous, on les croise au bar, on boit, on mange, le groupe part, Gérard nous dit qu'il part devant parce qu'il y a 7km de faux plat montant et que de toute façon on le rattraperait, je le suspecte d'avoir voulu accrocher le groupe parti devant, mais il a oublié son bidon sur la table du bar, la preuve qu'il était destiné à finir avec nous.

    Je suis pas encore au top, je reste en retrait, enfin, devant mais derrière wapdawap, j'ai renoncé à aller le chercher, sinon je n'avais pas l'assurance d'aller jusqu'au bout. La route est merdique, les revêtement inégal, le moindre faux plat montant est dur à passer, ça avance pas sur les faux plats descendants. Après NDDL (la lutte continue) le revêtement devient supportable, en fait, c'est du velour après les 15 derniers kilomètres, on rattrape le groupe parti devant, on sert encore de locomotive pour le groupe partie devant, mes cuisses suivent, mais j'ai plus trop de coeur et les mollets HS. Wapdawap commence à montrer des signes de fatigue, après 170km c'est plus qu'honorable, autant lui que moi on paie les largesses concèdes sur les 100 premiers kilomètres, mais j'ai commencé à rembourser avant tout de même !

    Vers vigneux y en a un qui crève, j'ai eu que peur que ça soit wapdawap, mais voyant que c'était pas lui je file devant, rien à foutre, je m'arrache le slip, Gérard nous signale que de toute façon ils ne nous ont pas attendu, que j'était trop gentil de culpabiliser pour si peu. Bon, j'ai pas culpabilisé longtemps, on a continué, le but se rapproche de plus en plus, j'ai plus d'eau pour les 20 derniers km, je commence à avoir des crampes aux mollets, j'ai mal partout, on arrive enfin à Saint Herblain ! Grâce à sa conaissance des lieux, wapdawap nous permet de gratter 500m sur le parcours, je vous jure il était temps que ça s'arrête !

    Allez, à la prochaine pour le 300 d'Angers !

    https://www.strava.com/activities/933104120



  • @spraynasal je me demande si c'était pas René le nom du papy. Mais Jai rien retenu des noms encore une fois je t'avoue.
    En tout cas, pour une fois, c'est pas toi qui a enchaîné les galères mécanique. Les joies du partage sans doute ;)
    Bien joué en tout cas. Y avait trop de vent.



  • Toujours un plaisir ces petits reports :) On s'y croirait, wapdawap, c'est ton dérailleur neuf que t'as éclaté du coup ?



  • 👊👍fait plaisir à lire
    On voit que t'en a chie, pas une seule contrepèterie 😄



  • Non non, dans le feu de l'action, et alors que je l'avais vu, Jai reposé la chaîne correctement sur les galets, mais aussi sur une patte exterieure qui empêche la chaîne de sortir de son chemin. Du coup frottement sur le métal qui se sentais à partir du moment où on passe le grand plateau. Rien sur le petit. Du coup je vais changer de chaîne qui a pourtant pas trop de bornes.



  • Au plus que t'en chies, au plus que t'es content d'arriver disent les grands sages :dizzy_face:

    T'as mis combien de temps alors finalement ?



  • 9h08 pauses comprises, vs 9h46 pauses comprises à mon dernier BRM :)
    On va dire que j'ai une bonne marge de progression :)



  • chapeau les gars !
    Maintenant que vais être libéré de ma permanence à la maison, je me fixe l'objectif de rouler un peu plus, ne serait ce que pour perdre la bedaine.
    j'espère qu'on aura l'occaz de rouler ensemble ;)
    Quand Spray gagne 36 min, je prends 5 kg :(



  • Sinon autre fun fact que j'ai oublié, en principe je prends le départ du 300 d'Angers avec le rescapé de la pause pipi, j’essaierai d'avoir son prénom et son 06 cette fois ci !



  • @ceramique Heureusement qu'on avait le vent négatif alors ;)



  • @spraynasal de mémoire c'était à peu près ce temps là aussi que j'avais mis l'année dernière
    J'aimerais bien aussi tenter un 300 cette année faut que je me penche sérieusement là-dessus

    Clair qu'il y a de la marge mais moi sur le coup j'avais trouvé ça plutôt honnête comme perf pour un amateur... je crois que j'étais à grosso modo 25 km/h de moyenne, en roulant seul et avec du vent, ça doit faire à peu près pareil pour toi, moi je dis c'est pas trop pourri
    #self esteem :pig:



  • @OuinOuin c'est pas trop pourri en effet ;) surtout tout seul.



  • Personnellement ce qui me démoralise un peu c'est d'avoir été en défaillance aussi tôt dans le parcours, j'avais l'impression de m'être préparé un minimum pour ne pas me retrouver dans la situation dans laquelle je me suis retrouvé :) Je fais pas du OmarYo mais j'essaie quand même d'entretenir mon foncier de façon régulière, y a forcément un truc qui pêche quelque part mais j'ai pas encore trouvé quoi ni où :(



  • les cheveux ! t'en as trop, et ça prends trop le vent !



  • Faudrait que tu puisse te faire une bonne sortie par semaine, même si "seulement" 60/75k, a un rythme plus élevé autour des 29/30 ou plus de moyenne, et en te cramant à la fin. Ca libère déjà pas mal de choses et aide bien sur le foncier.
    Ce n'est que mon avis, pas là bonne méthode. D'ailleurs, je ne la tient même pas cette méthode ^puisque je n'en ai pas...
    Là ça a été vite crevant parce qu'on est resté pas mal devant vent dans le pif à 3/4 mini et que niveau relais, c'était plutôt/carrément/complètement limite/zéro pointé des autres gars.



  • le plus dur c'est de de retenir la purée dans les 100 premiers kms. On est tous tentés d'envoyer les watts, alors que c'est finalement le meilleur moyen de se cramer. Sur ces sorties-là faut être régulier et rouler moyennement. J'en ai fait les frais cette année à Noisiel. Là où d'habitude je bouclais le BRM à 27-28 de moyenne en finissant frais et limite pas fatigué. J'ai fait les mêmes performances cette année, mais alors torchon chiffon carpette à l'arrivée. Une année sans trop rouler avec à peine 6000 bornes en 2016 je l'ai senti passer au niveau de la caisse et de l'endurance.

    En tout cas beau projet et belle ambition de faire le Paris Brest PAris en 2019. Je l'ai raté en 2015, je ferai en sorte d'y être cette fois.

    Week-end prochain je fais la DuoDiagonale en Belgique. Arlon-Oostende avec une nuit à rouler



  • Oui, il faut être en sous-régime, ou au moins ne pas flirter avec ses limites, parce que là où l'on gatte du temps, c'est sur les pauses !!! et sur l'itinéraire aussi, qu'on a tendance à oublier de regarder quand on a la tête dans le guidon. En tout cas, bravo et bon courage pour Angers ; tu y croiseras Unidred, je pense.



  • Bah faut qu'il me passe son 06 @Unidred pour qu'on se synchro.
    Il a un nouveau pseudo ou il s'est pas réinscrit ?



  • Attention post long comme une section pavée de Paris-Roubaix.

    TL;DR : J'ai fini mon premier 300 et je suis assez content de moi, j'étais bien en forme à la fin. Lien strava est tout en bas, relive ça a pas marché il boude les sorties trop longues.

    Dans quelques minutes ça fera 23h 47m et 33s que je ne me suis pas brossé les dents. Y a des pensées incongrues comme ça qui vous assaillent, sans crier gare, après 14h de brevet. Alors, autant faire un tour de vélodrome pour finir, juste avant d'arrêter le compteur. Mais avant ça j'avais pris la tête du groupe, depuis 15 kilomètres j'arrêtais pas de monter les bosses comme un golmon, ça devait être l'euphorie de la proximité de la fin, j'en étais à la 8e bosse d'affilée et depuis la Possonière on me disait : plus que deux bosses et c'est fini, alors j'ai mis le grand plateau et j'ai commencé à relancer sur le plat à 45km/h et à mouliner 100tr/min dans les montées, j'attendais toujours mes camarades en haut, après tout ce qu'on a vécu c'était la moindre des choses !

    Mais encore avant ça j'ai eu un coup de mou, entre Montjean et La Possonière, j'ai cru que j'allais pas y arriver, j'avais la tête qui tournait, j'arrivais à plus rien avaler, je me suis retrouvé loin derrière avec un de mes 6 compagnons à avancer à 20 à l'heure. C'est les grandes lignes droites du bord de Loire, on appelle ça des levées, un route bordée d'un mur en pierres potentiellement romain d'un côté, de l'autre la Loire, une conception maximisant la prise au vent, le vent favorable n'est plus qu'un souvenir lointain. Au détour d'un stop mon ami a pris le "gel de la dernière chance", je me suis forcé à manger mes deux dernières barres de fruits mais la gerbe était pas loin, on a bien fait ! Après le stop, les gars devant ils accélèrent, narmol ! Comme s'y avait pas eu deux attardés derrière, n'empêche ce petit coup d’accélération m'a remis les idées et les électrolytes en place. J'ai tapé une petite accélération à la Possonière et je me suis farci la côte des forges (1km, 6%, 280km) avant mon tube de lait concentré sucré (60% de sucre).

    Rétrospectivement je me dis que c'est après Bouzillé que je me suis mis tout seul en difficulté, après Liré sur les bosses du bord de Loire que j'aime bien, j'avais prévenu les gars que Bouzillé c'était traître mais que le faux plat descendant après était bien sympa, du coup ni d'une ni deux grand plateau et c'est parti. Juste avant le petit taquet du Marillais, Anthony, réparateur de robots industriels dans le civil, me dit : elle est sympa ta descente par contre on est plus que deux, erf. J'étais en terrain connu alors j'ai voulu reprendre la tête, puis on commençait à avoir le vent enfin partiellement favorable et quand ça roule tout seul pourquoi se priver ? Je venais de changer de maillot et de veste, je roule presque au sec ! Petit passage éclair à Saint-Florent-le-Vieil avant de s'élancer à con la fesse vers Montjean ! Avec ces conneries on risque d'arriver pas trop mouillés qu'il me dit le gars de Cahors avant de relancer fort en me disant que ça faisait du bien du vrai vent dans le dos !

    Faut dire qu'avant Ancenis on avait vraiment vécu le Tartare dans toute sa splendeur, particulièrement à partir de Pouancé, la pluie a repris, je m'en veux un peu, on a perdu 15 minutes de non-pluie, c'est moi qui ai suggéré de faire une pause, 100km entre deux checkpoints je trouve ça raide. À un moment on a reçu une précipitation glacée à base des eaux du Phlégéthon, paie ton averse de grêle, enfin peut être, on voyait rien, en tout cas pour de l'eau elle était vachement contondante, ça fait mal punaise, les bourrasques étaient tellement violentes qu'à un moment on a été cloués sur place, on donnait tout et on dépassait vaguement les 21km/h, avec des vents pareils y a pas d'aspi qui tient, le groupe se disloque dans tous les sens, les doigts s'engourdissent, on arrive à rester soudés, bonne ambiance dans notre sextuor (ne pas confondre avec sexe tour). Ça doit être à ce moment-là que le mec en sandales à abandonné. Juste avant le départ de Pouancé, Gilou nous dit que sa femme lui dit souvent que ses longues distances ça sert à rien, alors je lui rétorque qu'au fond ça nous sert à quoi ? Il réfléchit 5s et on part on crise de fou rire. Il y a des choses dont le sens n'est pourvu que par leur réalisation elle même, je pense que nous apprécions tous la banalité de nos efforts, l'insignifiance de nos galères. Il faut repartir, la pluie reprend, de mon côté je prends 3,1415 grosses pincés de sel que j'engouffre dans ma bouche, j'ai encore des glycogènes à cramer mais plus d'ions pour assurer la jonction (#bullshit2style).

    Après Vitré les trucs se sont vraiment corsés, le vent a décidé de prendre la route à contresens sans aucune honte, mais que fait la police ? Le relief brétillien c'est du casse pattes à l'état pur, des pétards tatant parfois le 10% se suivent, relayés régulièrement par des faux plats et des descentes. À la sortie de Vitré on adopte Anthony, pour compléter notre quintette, il nous raconte comme quoi il s'est pas réveillé alors qu'il avait son camion devant le vélodrome, il nous dit aussi qu'il est parti avec 1h30 de retard comme un taré sans s'arrêter et qu'on est le premier groupe qu'il voit depuis 10mn qu'il attend, c'est un habitué des longues distances, il passé devant direct avec moi. Je remercie mes moyeux campa de m'avoir permis d'économiser un jus monstre, la tête dans le guidon je tapais des 50 facile malgré le vent de face sans pédaler, j'y laisse quand même quelques plumes, j'arrête d'emmener le groupe après une 20aine de km, je refuse de faire l'effort de recoller un mec qui passe par là et qui veut me pousser à recoller un groupe que je vois un peu plus loin, je lui dis que je roule à l'économie et qu'il faut garder du jus pour la fin (il finira devant nous mais mal). Je passe à l'arrière du groupe en même temps que je fais du lobbying pour un arrêt à Pouancé, j'insiste 100km avant le prochain checkpoint c'est beaucoup. Chose dite, chose fait on s'arrête à Pouancé, le seul café ouvert est tenu par des anglais, les quelques clients à l'intérieur parlent anglais, on débarque, je fais remarquer à Anthony qu'il mange de la margarine à la petite cuillère, mais en fait c'était de la semoule habilement déguisée. Yannick et Yoann sont contents de l'arrêt. Yoann il a un vélo de tri raide ctb avec des roues 50mm et il doit faire dans les 90kg tout nu, les bosses ils les sent bien passer. J'en profite pour faire un tour de table des prénoms, mieux vaut ça que de s'appeler "rescapé de la pause pipi". Deux mecs qui nous ont accrochés ne veulent pas s'arrêter, merci au revoir, à bientôt.

    Avant ça il y a eu la portion entre Cossé-le-Vivien et Vitré ça s'est plutôt bien passé, on a eu le temps de sécher, il y a bien eu la côte de Port Brillet, mais bon ça nous a permis de nous réchauffer, malheureusement elle a eu raison du papy qu'on avait ramassé en cours de route, quelque part un groupe de deux costauds nous a lâchés, personne n'avait envie de suivre deux gars qui avaient des cuisses qui faisaient la taille de mon torse. Pour une fois je suis content, j'ai prévu une paire de gants de rechange, ça fait du bien de repartir avec les mains sèches, dans la côte de Saint Brice juste avant Cossé j'arrivais plus à presser mon bidon pour en faire sortir l'eau ! A la boulangerie je prends un Paris Brest histoire de pousser le vice, je m'attarde dans le sèche mains du bar, ça fait toc toc à la porte, un espresso, un Perrier grenadine à emporter et c'est reparti comme à 40 !

    Encore avant on s'était fait lâcher par le tandem qui n'a pas voulu trop s'arrêter à Sablé sur Sarthe, très vite on a opéré le regroupement de notre quintette, Ludo, Gilles de Cahors, Yannick et Yoann (père et fils dans le civil !), je ne savais pas si ça allait tenir, mais avec Gilles on a pris les commandes et roulé. En arrivant à Loiron on croise un bus qui essaie de se faufiler dans une ruelle de 44cm de large, je dis attention voiture en face ! J'attendais un "où ça ?" ou pire "ce n'est pas une voiture c'est une bus" mais à la place j'ai eu des rires, incroyable ! Les mecs ils ont de l'humour en plus, faut vraiment pas je décroche du groupe ! Avant Cossé on a pris une sauce de taré, façon MMH 2017 pour ceux qui y étaintt, de la grosse goutte d'eau qui se répand instantanément partout dans les tissus comme une molécule de détergent dans une publicité.

    Encore avant on était passé devant le Crédit Agricole de François Fillon, d'après les dires de certains gars du coin, juste après une équipe de 35 cyclistes s'est ruée dans le seul commerce ouvert de Sablé sur Sarthe, il est exactement 7h15. Le groupe des costauds finissait déjà sa pause, c'était long le service, plus le tampon, la patronne a relancé une fournée de pains au chocolat, elle a été dévalisée en 10mn, ça part au compte gouttes mais on se retrouve assez nombreux au départ de Sablé, on découvre un peu la gueule des gens quand le jour se lève, dans la nuit tous les cyclistes sont gras, enfin gris, enfin voilà l'idée quoi.

    Mais avant ça il y a eu le départ, 5h pétantes, on eu le contrôle, il fallait vérifier qu'on avait des lumières et un gilet réfléchissant, sinon pas de carte de route. Le rescapé de la pause pipi était là comme il avait promis (j'apprendrais plus tard qu'il s’appelait Ludovic), ça roule de nuit je reste pas trop loin de la tête, il fait noir ça roule, modérément, le groupe des costauds accélère, je ne peux pas suivre, du moins j'ai peur de suivre et me retrouver comme dans le 200 de Saint-Herblain, je lève le pied et j'attends que le gros groupe me rattrape, je vise 25km/h de moyenne et 14h pause comprises, pas de précipitation. Je me replace dans les roues mais plutôt près de la tête, rouler de nuit c'est quand même spécial, j'ai les mains constamment sur les freins pas envie de me viander sur une mauvaise aspi. Pas trop de vent encore, pas de pluie, on fait une pause pipi pendant laquelle personne n'est abandonné, on se dit que ça serait bien si la météo restait comme ça, ça aurait été bien.

    Avant ça j'étais allongé sur un matelas gonflable en train de regarder le plafond, j'arrivais vaguement à dormir, comater, baver, c'était peut être l'angoisse, les groupes d'étudiants en sortie de soirée ou je ne sais quoi, 3h30 le réveil sonne, j'allume le café, je m'habille. Ça fait bizarre de dormir entouré de Michel, Clerc, Scwhinn, des pédaliers Campagnolo, de bouts de cassette et de patins de frein. Ça peut paraître étonnant dit comme ça mais avant ça @bikibike m'attendait devant la porte de son atelier pendant que j'errais dans les ruelles d'Angers à la recherche de son antre. Avant ça, je pensais que je stressais, j'avais des douleurs à la hanche, sans doute pour somatiser une peur irrationnelle d'échouer à mon premier 300 alors que franchement quel était l'enjeu ? Encore avant j'étais loin d'imaginer que je finirai à boire une Kro assis à six à la fin de mon BRM. Juste avant je faisais un bisou à toute ma famille et je démarrais ma voiture, c'était 23h 45m et 50s avant la fin de mon BRM, 2m après mon dernier brossage de dents.

    https://www.strava.com/activities/964973026



  • ahah nice :)
    Le roulage de nuit c'est coolos. Le départ du BRA par exemple c'est que du bonheur. Avec le levé de soleil en haut de la Croix de Fer ou du Glandon.
    J'ai revu le petit vieux de Saint-Seb qui roulait pas au 200 de Saint Herblain au départ de la rando du muguet . Bon je ne connais toujours pas son nom, j'ai pas eu la présence d'esprit de demander.
    J'ai plus qu'a t'imiter à Thouaré dans pas longtemps.



  • j' avais brifté Michel, Clerc, Scwhinn et les autres, il devaient se tenir tranquilles! Désolé pour les étudiants.....
    content que tu ai pris du plaisir malgré les éléments!
    j' ai aussi fini dans les temps dimanche!
    alt text



  • J'adore ce style, @spraynasal quand il raconte ses tours de vélo ça ressemble un peu à pulp fiction ! Y'a pas d'ordre et on comprend qu'il en a chié ^^

    Bien joué en tous cas, une fois que t'as fait un 300km, t'as passé un pallier, plus rien ne peut t'arrêter ! Continues et comme ça, et si ça se trouve, tu seras trop entraîné en 2019 pour PBP !



  • Fabuleux Spray!



  • :D oui très bon récit



  • Génial. Je vais le relire encore une fois pour bien comprendre.



  • T'as fait quoi en fait pendant ces 23h ?



  • @mrboulard : Bien heureusement que tu suis, je ne m'étais pas aperçu que je m'étais planté c'est dire si même dans ma tête c'est brouillon, mais je voyais bien qu'il y avait un truc qui n'allait pas :p



  • @spraynasal Just call him @RuralCyclo now



  • Génial le compte rendu inversé ! Et bravo pour le 300 !



  • Bah oui @Nehorknereburu j'avais pas vu, mais je ne sais pas s'il l'a fait, faut que j'essaie de trouver une photo de sa gueule pour savoir s'il était là le @RuralCyclo !

    @arthurr : Merci oui c'était ça l'idée :) J'essaie de me renouveler !
    alt text



  • je ne crois pas qu'il y était le Rural....
    une courte allusion au 300:
    http://latetedansleguidon.net/Blog.htm



  • Nan, j'étais pas là, j'étais là:
    alt text



  • avec mézigue, en route pour le désastre...



  • Un report !





  • SingleBe

    Maintenant faudra attendre encore un an pour avoir le montage !



  • #jeteasedoncjesuis



  • Le cadreur était bourré il a mis les vis de porte bidon sur le Top tube, propre !



  • text alternatif


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.