Mémoire sur le pignon fixe



  • Bonjour à tous !

    Etudiante en Master Prospective Design, je rédige mon mémoire sur les raisons du succès du fixie face aux grosses innovations du vélo (VAE et j'en passe).

    J'ai rédigé un questionnaire qui comprend les 5 questions auxuquelles je ne peux pas répondre en lisant des bouquins! (fait en 12 secondes ! ) ici : https://goo.gl/forms/2vTUvNUgoo52Sz7t2

    Cela m'aiderait beaucoup que des propriétaires ou ex propriétaires de fixie y répondent afin de compléter mes études !

    Merci d'avance!
    See you on the road

    Johanna



  • Bonjour, je n'ai juste pas compris en quoi un pignon fixe serait hypothétiquement plus "maniable", plus propice à la "vitesse", dans la question 3. Et je n'ai trouvé aucune référence à l'intensité :confused:



  • Sans préjuger de l'intentionde l'auteur, j'imagine qu'on peut vouloir savoir si c'est ce type d'arguments qui est mis en avant par les pratiquants... :)

    A part ça, c'est un peu court.

    Il ne serait pas inintéressant de faire des stats plus poussées sur "quand c'est arrivé" dans telle ou telle ville (quelle avance de Paris sur le reste de la France ?), sur la pratique hors déplacements urbains, sur le passage du PF vers le gravel...

    Par contre on reste là sur une toute petite communauté (celle de PF). A Rennes je croise pas mal de PF et singles "basiques" achetées tout montés, avec des ados sur la selle. Pas le même public que PF.com et pourtant ils roulent en fixe ;)



  • Je sais que ce n'est pas un master en sciences sociales et que les exigences méthodologiques doivent être moins élevées, mais je ne vois pas bien comment tu peux analyser le "phénomène" et parvenir à quelques conclusions avec ce questionnaire...
    Une grande partie des items de la question 4 se rejoignent ("C'est cool", "La tendance", "Le style hipster" (sic), etc.).
    Mais c'est peut-être un beau troll, auquel cas, je suis bien tombé dedans ! :-)



  • @Numéro-19 Bonjour,
    Par "maniable", j'entends que le fait d'être en pignon fixe et donc de pouvoir controler tout ses mouvements le rend augmente forcément l'impression de contrôle et de maniabilité.
    Pour la vitesse, le fait de pédaler en continu et souvent d'avoir un ratio plutôt élevé aide à être rapide !

    Pour les autres référence, j'ai laissé un champ libre "autre" afin que les réponses manquantes puissent être complétées !
    Merci pour vos remarques



  • @Fra Bonjour Fra,
    Les 5 questions présentent ne sont que celles auxquelles je ne peux répondre qu'en lisant des bouquins/études socio./autres. Si je n'ai posé que ces questions, c'est que j'ai déja les réponses aux autres. Bien évidemment il ne s'agit pas là de la totalité du contenu de mon mémoire, bien heureusement.
    Cdlt



  • @aleholi Bonjour,
    Comme pour Fra: les 5 questions présentent ne sont que celles auxquelles je ne peux répondre qu'en lisant des bouquins/études socio./autres. Si je n'ai posé que ces questions, c'est que j'ai déja les réponses aux autres. Bien évidemment il ne s'agit pas là de la totalité du contenu de mon mémoire, bien heureusement.

    Concernant la communauté, j'ai posé sur plusieurs forums et dans mon entourages proche et éloigné.

    Cdlt



  • J'espère qu'on aura accès à tes conclusions !



  • @aleholi Si cela t'intéresse, avec plaisir ! Mais le mémoire fera entre 50 et 80 pages alors sur le forum ça risque de coincer ;)



  • Un petit lien avec le PDF en téléchargement... ça sera top !



  • @aleholi C'est bien noté !



  • @JohannaS a dit dans Mémoire sur le pignon fixe :

    @aleholi Bonjour,
    Comme pour Fra: les 5 questions présentent ne sont que celles auxquelles je ne peux répondre qu'en lisant des bouquins/études socio./autres. Si je n'ai posé que ces questions, c'est que j'ai déja les réponses aux autres. Bien évidemment il ne s'agit pas là de la totalité du contenu de mon mémoire, bien heureusement.

    Concernant la communauté, j'ai posé sur plusieurs forums et dans mon entourages proche et éloigné.

    Cdlt

    Pour le coup, j'ai du mal à comprendre comment les questions, sorties de leur contexte, puissent réellement t'apporter quelque chose.

    Un conseil: tu viens sur un forum d'échanges, tu postes un message qui n'a pour objectif que ton intérêt personnel, sans visiblement t’apercevoir que les réponses à tes questions sont dans ce forum lui même...
    Un peu, voire beaucoup, voire énormément de lecture de pignonfixe.com pourrait t'apporter mille fois plus que 5 questions sans réel sens ni implication...
    Mais il est certes plus aisé de recevoir des "réponses" plutôt que de les chercher soi-même.



  • @Fra si c'était un troll il y aurait eu la réponse "faire corps avec le vélo"



  • après c'est surtout un phénomène de mode...
    on peut toujours essayer de fournir des explications a posteriori mais comprendre les raisons du succès, c'est autre chose.
    Surtout que c'est un truc qui vient des ricains et que c'est toujours plus "cool" d'avoir l'air d'un ricain que d'un russe...

    Y a 20-30 ans, c’était le boom du VTT, tout le monde achetait un VTT même si c'était pour aller au lycée...le produit est pas adapté aux besoins mais c'est la mode donc va toujours tenter de justifier a posteriori ("ça passe partout", "c'est solide" etc...)



  • @Monsieur-K Malheureusement dans la jungle des forums, il y a toujours beaucoup de sujets..
    ne sachant pas par où commencer et par confort et gain de temps, j'ai opté pour la facilité en lançant un nouveau post. Toutes mes excuses si cela en froisse certains. A noter que je ne force personne a répondre. A bon entendeur.



  • @Mc-Lovin Oui c'est bien ce que j'essaie d'expliquer dans mon mémoire : les raisons sociologiques qui ont fait qu'a une période donnée, dans des zones géographiques données, les gens ont choisi de rouler (à nouveau) en pignon fixe et pas autrement.
    Cdlt



  • @Monsieur-K haha, exact ! :-)



  • @JohannaS
    Franchement, écrire un mémoire sur le pignon fixe en France et passer à côté de la base de données historiques que représente pignonfixe.com, c'est comme écrire sur le christianisme sans avoir lu la bible...
    Tu trouveras pas ces infos dans des livres ou même sur d'autres sites...
    "par confort et gain de temps" ... CQFD, les exigences pour un "Master" ont du bien changer...

    Sur ce, bon courage.



  • tfasson ler fixi sait has been ses la praie yhstoirre

    lé derayeur ces le turfu!!! je ces pas ki a ainventer sa mer ces 1 bogoss!!!!!!



  • @Monsieur-K Je n'ai pas dit que je n'avais lu aucun sujet du forum, mais qu'il n'y avait pas toutes les réponses aussi personnelles soient elles a mes questions. Quant à la façon dont je traite et rédige mon mémoire, je n'ai pas besoin de conseil, merci. Si le topic ne t'intéresse pas tu peux passer ton chemin et laisser la place aux passionnés qui ont de bonnes intentions et qui veulent bien perdre 15 secondes pour aider une autre passionnée.



  • alt text



  • alt text

    Attention à ton attitude! Pas ce petit ton avec nous! On est des ouf dans nos têtes!

    alt text

    Je pense que les raisons de la mode du fixie sont proches de celles de la mode du running.

    On a affaire à une population jeune et urbaine, qui sont dans le paradoxe: ils veulent soi-disant un "retour aux sources", veulent pratiquer des sports populaires mais pas comme leurs parents. Le vocabulaire a son importance : on fait pas du jogging, on pratique le running. On fait pas du vélo mais du fixie...

    Il y a aussi un rapport à l'immobilier : on a pas des masses de place donc on veut du matos de sport qui prennent pas des masses de place, qui soit léger (quand tu dois porter ton vélo sur 5 étages sans ascenseur, un kilo en moins, ça fait la diff) mais on a quand même du pouvoir d'achat donc on a du matos simple mais performant.

    Ensuite, les trois quarts des urbains bossent dans le tertiaire, donc pas forcément habile de ses mains : un vélo mécaniquement simple, c'est mieux...

    Y a aussi le phénomène "réseau sociaux" (ce forum en est un bon exemple). On était sur des sports assez solitaires et avec le web, on est désormais sur des communautés qui vont du concours de kekette à l'entraide. Paradoxe de plus : on veut créer du lien, du partage, mais en même temps, on reste dans une société de la compétition.

    Si j'arrive à verbaliser mes autres préjugés, je t'en ferait part...



  • @Mc-Lovin Merci pour ton analyse !
    J'ai effectivement fait les mêmes constats, en plus de ceux concernant le rapport de l'Homme à l'effort et le désir constant de vouloir se lancer des défis (la pratique n'étant pas toute simple), mais également la recherche de personnalisation que l'on retrouve un peu partout aujourd'hui (on peut choisir les couleurs à la carte sur une Mini, faire personnaliser ses M&M's et j'en passe...).
    Bref, comme indiqué, le questionnaire transmis est certes court, mais il ne constitue absolument pas et loin de là, les seules réflexions sur le fixie (mon mémoire est déja bien avancé, ce questionnaire me sert d'appui pour mes théories).



  • Perso j'suis preneur du mémoire aussi.
    Pour le reste, les rageux ragent comme d'hab', mais j'trouve ca pas inintéressant de voir qu'un simple questionnaire rempli en 15 seconde débouche sur une réflexion (ou a tout le moins un débat) sur la question initiale.



  • @yeahrider Merci ! Tu auras également accès à la lecture finale ;) (rendu prévu fin Aout)



  • Dernier préjugé : j'pense que face au développement des services de vélo en libre service, le fixie est un miroir individualisant :

    • Le velib est un standard, je veux un truc personnel
    • Le velib est lourd, je veux un truc léger
    • Le velib est utilitaire, je veux un truc sportif/spartiate


  • @Mc-Lovin Effectivement ! Par contre la question de savoir qui est arrivé en premier (du fixie ou du VLS) dépend beaucoup des villes (la question permettrait de savoir si le fixie l'individualisation est en partie dûe aux VLS ou si c'est juste un désir général). A Strasbourg par exemple, le VLS était présent avant, par contre je pense qu'à Paris le fixie a du apparaitre en premier, mais j'avoue que sur ce point là, il faut encore que je creuse.
    Merci pour tes remarques, elles sont très constructives



  • J'pense que c'est sensiblement concomitant, à paris du moins (circa 2007).
    J'pense aussi que finalement malgré toutes les critiques (justifiées à mon sens) vis-à-vis des vélos libre service, ca a clairement permis l'émergence et le développement de nouveaux cyclistes, qui ont ensuite assez vite franchi le cap du vélo individuel (moins lourd, pas plus cher qu'un abonnement au final, perso, sans bornes fixes à trouver le soir...). Clairement, le mouvement "fixie" (pignon fixe et monovitesse confondus) a bénéficié de cet engouement.



  • @yeahrider YES !!



  • Le fixe ça fait trop new yorkais aussi, donc forcément c'est super bonnard!. Avant on aimait New York à cause des New York Dolls par exemple mais une fois habillé full glam à St Quentin en Yvelines ça le faisait moyen, maintenant on peut faire du fixe tout partout est ça passe mieux!

    Et puis bon rouler brakeless en ville c'est (un peu) dangereux, donc plus que le défi c'est le danger qui stimule les hormones (post) adolescentes. Avant on faisait de la mob 2 temps comme des dératés, mais après 30 ans de lobby écologiste les jeunes font les fous en vélo, c'est mieux, ça sent moins mauvais et ça coute moins cher en pièces quand on tombe, quoique... Live fast die young...



  • J'ai l'impression qu'on surintellectualise la chose.

    • On est dans une société toujours plus individualiste, du coup les transports en commun même s'ils restent populaire pour des raisons évidentes ne prennent plus tellement de "parts de marchés" si je puis dire.
    • À moins de vivre en pleine campagne la voiture pour les jeunes c'est has been. Trop cher, de plus en plus difficile à gérer en ville (places pour les garer) + conscience écologique.

    Du coup le vélo retrouve une popularité qu'il avait progressivement perdu pendant les 30 glorieuse.

    Après pourquoi le fixie et pas le VTT ou le vélo couché ? Ben je crois que sans aller chercher très loin c'est juste une histoire de mode et d'avoir autre chose que ce que papa, maman, pépé et mémé ont utilisé et le look épuré avec une transmission minimaliste, un minimum de câbles parlent aux génération Y et Z. Et il faut admettre que comme souvent en France on a juste suivi ce qui est venu des états-unis.



  • @sonictai Ahaha, super vision de la chose (j'adhère), merci ! :grinning:
    @Tomi Oui c'est certain qu'avec le retour (lentement mais surement) de la cote des cycles et la conscience collective concernant l'écologie (et les villes qui n'aident plus vraiment les voitures a circuler), le fixie a bénéficié d'un coup de pouce monstre. Comme tu l'as indiqué, la voiture représentée comme symbole de la liberté post-WWII écrasait le vélo qui avait lui une image ringarde. (n.b: Tomi, super bouquin sur ce sujet : "le pouvoir de la pédale", Oliver Razemon)
    Le fixie c'est aussi tout l'inverse de cette image : on veut montrer qu'un vélo ça peut "avoir la classe aussi". Enfin je dis ça, je vais peutêtre me faire lynché mais quoi qu'il en soit, bon nombre d'adoptant du dit-fixie, l'ont adopté pour ces raisons là..



  • Après moi je ne vis pas en France, dans une région vallonnée et pas vraiment connue pour sa modernité mais je n'ai pas l'impression que le fixie a tellement le vent en poupe par rapport aux autres vélos.

    Ici la plupart des moins de 40 ans qui ont une utilisation pratique (à l'opposé de sportive) roulent sur des vélos de recup' pour une bête question financière et qu'est-ce qui se trouve le plus facilement dans les petites annonces à votre avis ? Ces vieux VTT alu/acier qui se sont vendus comme des petits pains ces 20 dernières années. Du coup des fixie j'en croise peut-être un ou deux par semaine pour des centaines de vieux VTT rincés. Et chez les femmes le vélo de ville traditionnel reste très populaire.



  • @Tomi Oui c'est exact. Je pense que les adoptants du fixie ne cherchent absolument pas la praticité (ou alors ils font fausse route), parce qu'effectivement avec un bon vieux Brompton pliable ou un col-de-cygne à portes bagages, on est bien mieux équipé pour la ville.
    Les adeptes du fixie sont plutôt -et c'est un préjugé aussi...- soit des sportifs qui cherchent l'entrainement/la pratique à la dure, soit des personnes qui cherchent la différence que ce soit dans la pratique ou dans l'esthétique de l'objet en lui même (évidemment ce sont des clichés)



  • wesh johanna

    c'est cool le fixie car on fait corps avec son vélo et les dérailleurs gèlent pas en hiver. On va plus vite surtout si le fixie est rouge. Les skids c'est drôle et c'est la sensation de glisse appliquée au vélo. J'ai découvert les fixie à roue libre sur fixipari, est-ce que ça compte?

    Plus sérieusement, la plupart des mecs qui ont fait du fixe ici, ont au moins un vélo à vitesse, voir plus que des vitesses. Si des ingénieurs ont passé quelques années à travailler à la création des freins et des vitesses c'est que ça sert à quelquechose. Le fixe a été un effet de mode, mais maintenant il faut dire gravel ( CX passe encore).
    Je trouve ça cool de s'intéresser à un effet de mode, mais comme tout il y a les early-adopters puis le mainstream, les motivations sont bien différentes. De plus, comme toute mode, beaucoup s'en lassent etc. Je trouve cool l'idée d'un mémoire anthropologique sur le fixé français, mais le questionnaire me parait light.

    Je suis pas là pour bacher hein, mais rend toi à un ride de "fixés" avec un pack(ça existe dans plein de villes maintenant) et tu aura des réponses meilleures en une soirée que sur ce googlequestionnaire.
    Et bien partant de lire le mémoire aussi quand il sera terminé, et bon courage au passage.



  • @bastonsoleil Merci pour tes remarques, les enrouragements et la pointe d'humour !
    Je tiens à noter que l'utilisation des termes "anthropologique" et "early adopters" me font plaisir à voir et m'indiquent que tu as bien saisi le sujet ! :metal_tone1:
    J'ai déja testé le déplacement physique dans un rassemblement (criterium surtout), c'est plus compliqué d'aborder les gens alors qu'ils sont là dans un but précis de course (et j'ai l'impression que la mentalité n'est pas la même, on nous regarde un peu de travers j'espère ne froisser personne ici en disant ça). Le mieux seraient surement des ride comme tu dis, mais actuellement je suis à Dijon pour mon stage et ici on ne peut pas dire que les possibilités soient folles.... je n'ai plus qu'a me déplacer à Paris

    à noter que (je me répète) : ces 5 questions ne sont PAS le plan de mon mémoire qui s'avère bien plus étoffé que cela, mais concernant le reste du contenu qui n'est pas présent dans le questionnaire, il s'agit d'approfondissement socio et anthropo



  • Johanna tu as remarqué ? Tout ce mansplaining ? Tous ces commentaires condescendants qui viennent d'hommes ? Rassure-toi c'est normal, on a beau être au 21ème siècle, on reste en France.

    Bon courage et réussite dans ton mémoire pour trouver de la matière exploitable au milieu de tous ces rantanplans hihi



  • @brigadier j'sais que t'as voulu utiliser un mot moderne et tout et tout mais le mansplaining c'est quand la femme n'a justement pas demandé l'avis d'un mec.



  • @Tomi Sa dernière sentence reste valable, malheureusement.
    Ça n'est bien entendu pas le sujet de ce thread (qui était au début ce qu'on aurait pu prendre pour un bon vieux troll des familles), mais ça m'étonne de voir quelqu'un s'aventurer ici sur le terrain tellement glissant du sexisme, et j'ai d'autant plus de d'admiration de voir que c'est la Brigade qui le fait.



  • Mouais pour le coup je ne suis pas convaincu il me semble que l'on a toujours eu le même genre de débat à chaque fois qu'un étudiant nous a sorti le coup du sondage pour son travail de cours et ce quelque soit le sexe/genre de la personne.



  • @Tomi Tu a probablement raison, il n'empêche que le débat de fond - qui est le sexisme - n'a jamais été vraiment débattu par ici.
    Pour autant je n'oublie pas @elyasmina dont j'ai admiré les propos sur ce sujet.



  • Sisi kmerone/naxalit en parlait souvent. Mais mal et de façon hargneuse ce qui était contre-productif car ça attirait d'autant plus les gros lourdeaux habituels qui sautaient dedans à pied joint avec leur grand sabots.



  • moi je fais du fixie parce que la chaine elle ne gèle pas l'hiver



  • Ahah, merci pour le soutient moral @brigadier. Je n'avais pas évaluer à mon inscription la vague "sexiste" que mon post pouvait provoquer. A vrai dire je ne me sens pas spécialement mise à l’écart sur ce forum sous prétexte que je sois une femme..



  • C'est pas du soutien moral, c'est un bon vieux troll des familles pour faire glisser le topic vers un débat stérile sur le sexisme, qu'on a déjà eu 25 fois sur ce forum, avec toujours le même résultat, a savoir le ban de l'une ou l'autre partie qu'aura pas su garder la tête froide. Et la fermeture d'un topic qu'avait rien demandé, parceque c'était pas son propos initial.

    On peut revenir au sujet?



  • @yeahrider Ahah ok merci pour la précision, je ne suis décidément pas encore familière avec les pratiques et codes des forums...



  • Bon j'ai répondu au petit questionnaire... mais je ne comprends pas réellement la dernière question qui a selon moi aucun sens?

    En effet, si on opte pour un vélo classique pour les mêmes raisons, ce n'est forcément plus un vélo classique car il s'agirait alors d'un pignon fixe ( dans le cas où "classique" comprend tout les vélos autres qu'un PF).

    Bon voilà mon ressentis. Sinon bonne chance pour ton mémoire.



  • @Antoine-Eiffel Merci pour ta participation.
    Concernant ta remarque, il s'agit de savoir si un pignon fixe est adopté pour des raisons diverses que celles qui font qu'on achète un VTC/cargo ou autre vélo de ville dit "basique". La majeure partie des jeunes qui adoptent encore aujourd'hui des fixies le font pas simple intérêt esthétique (entre autre), alors qu'ils choisiraient un vélo "classique" pour d'autres raisons (la praticité notamment..)



  • @JohannaS a dit dans Mémoire sur le pignon fixe :
    Le mieux seraient surement des ride comme tu dis, mais actuellement je suis à Dijon pour mon stage et ici on ne peut pas dire que les possibilités soient folles.... je n'ai plus qu'a me déplacer à Paris.

    Je pense que justement sur Dijon tu devrait pouvoir récolter pas mal d'information que ce soit aux roulage organisés a Dijon ou même vers Maxime Poisson de sportunit qui a fait des sondages semblables.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.